weighexperts.com
Image default

VIDÉO. Coronavirus. Explosion des déchets hospitaliers traités au centre d’incinération de Noyelles-sous-Lens


Au centre d’incinération de Noyelles-sous-Lens, tous les jours depuis la mi-mars, des conteneurs jaunes arrivent par dizaine en provenance de plusieurs hôpitaux du Nord-Pas-de-Calais. Le secteur médical est confronté à une augmentation des quantités de ses déchets à incinérer, c’est pourquoi aujourd’hui, l’activité du site l’oblige à tourner 7 jours sur 7.

Eviter la contamination

Première étape, la pesée, une manière d’assurer la traçabilité de ces trés nombreux produits contaminés. Laurent Saintive, adjoint au chef du centre d’incinération constate que l’activité du site a doublé : » le nombre de conteneurs  à gérer est devenu très important. Les locaux qui servent au stockage débordent. Pour notre personnel, c’est difficile d’arriver à gérer tous ces conteneurs en provenance de dizaine d’hôpitaux de la région.« 

Pansements, matériel d’analyse, bistouris, seringues… Tous ce qui n’est pas recyclable au sein des hôpitaux se retrouvent dans ces conteneurs. Autant de produits qui pourrait faire peur et pourtant, durant la crise, les salariés ont toujours répondu présents.  » Nous sommes en bout de chaîne pour faire l’incinération de tous ça et après il faut aussi désinfecter les bacs  » souligne Jérémy Dhermand, employé du centre.
 

À Lens, comment l’usine d’incinération traite les déchets hospitaliers
Reportage Ali Benbournane, Laurent Navez, Bertrand Deleporte

Incinération 7 jours sur 7

Une mission essentielle avec des mesures de sécurité maximales. Les salariés portent des blouses et des masques avec visières. Ce qui n’était pas le cas avant la crise sanitaire. Au cœur du centre d’incinération, les sacs jaunes en provenance des hôpitaux sont mélangés aux autres sacs poubelles. Le tout est ensuite envoyé dans l’incinérateur qui tourne à plein régime.
 

 » L’ensemble de ces déchets sont mélangés avec la collecte ménagère, effectuée en porte à porte tous les jours. Tous vont dans un four, incinérés à environ 900 degrés, détruisant l’ensemble des déchets et le virus complétement.  »  précise Raymond Gorak, Directeur du centre d’incinération.

 

Lutte contre la pandémie du Coronavirus dans le traitement des déchets hospitaliers / © France 3
Lutte contre la pandémie du Coronavirus dans le traitement des déchets hospitaliers / © France 3

Au final, le centre d’incinération produit de l’électricité, l’équivalent de la consommation de 10 000 personnes. L’histoire retiendra néanmoins que ces salariés de l’ombre ont eux aussi participé à la lutte contre le virus. 

 



Source link

A lire aussi

La success story d’Etienne d’Hautefeuille, cet ancien ingénieur qui produit du whisky et du gin made in Picardie

adrien

Dans la région lilloise, les cours de français pour les Ukrainiens peinent à trouver leurs professeurs

adrien

5 questions sur les repas à 1 euro pour les étudiants

adrien

Le berger australien reste le chien préféré dans les Hauts-de-France en 2020

adrien

le Covid-19 freine la fréquentation du centre Pompidou-Metz en 2020

adrien

première grande foire artisanale du bien-être à Amnéville

adrien