weighexperts.com
Image default

VIDÉO. À Montreuil-sur-Mer, les sans-abri sont accueillis à l’auberge de jeunesse de la citadelle



Depuis le 1er novembre, les sans-abri de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer sont de nouveau logés dans l’auberge de jeunesse. Un dispositif trouvé dans l’urgence pour l’hiver 2019 et reconduit cette année, avec des normes sanitaires strictes. Covid-19 oblige !

Pour le dispositif d’accueil hivernal 2020/2021, l’association FIAC  – Foyer international d’accueil et de culture – de Berck qui vient en aide aux personnes les plus démunis, offre un refuge le temps du confinement, dans l’auberge de jeunesse de Montreuil-sur-Mer.

Au coeur de la citadelle

L’Auberge de jeunesse faisait office d’accueil de nuit depuis le mois de décembre, il devient désormais aussi accueil de jour pour les sans-abri de l’arrondissement, souvent originaires de notre littoral. Amandine Garcia vit dans la rue depuis 4 ans et depuis quelques jours, elle se réveille à l’abri au coeur de la citadelle et en bonne compagnie.

« Ici, c’est bien. Dans la rue, il y en qui ne sont pas très gentils. Il faut se débrouiller par soi-même. Mais ici, ça va. J’ai des amis qui sont là pour m’aider, pour me soutenir. Il y a quelques jours quelqu’un avait mis de la musique un midi et on s’est tous mis à chanter, pour être bien » explique-t-elle avec un timide sourire.
 

FIAC accueille SDF à la citadelle de Montreuil-sur-Mer

Depuis l’annonce d’un reconfinement, Amandine a trouvé son refuge ici, poussée par le froid mais aussi par la peur du virus : « Je préfère être ici. Dehors, on serait déjà tous à l’hôpital. Je connais l’hôpital et non merci… » précise-t-elle.

Un abri apaisant en période de pandémie

L’association FIAC loue cette auberge de jeunesse pour une vingtaine de sans abri, tous volontaires. Aujourd’hui, elle leur permet de vivre un confinement comme en famille, jeux de société et balades dans le jardin, ce qui apaise grandement leur quotidien.
 

Attestation en main, Etienne et Philippe sont en route pour leur balade d’une heure autorisée, conscients du soulagement d’être ici.

« On a le privilège d’être accueilli dans un endroit sain. Plus on le respecte mieux c’est. Tout le monde n’a pas cette chance. C’est pour cela que je dis qu’on est des SDF de luxe… » sourit Etienne Gilquin.

Des normes sanitaires renforcées

Le défi des éducateurs : faire respecter les normes sanitaires, Ici chacun fait son ménage. « Il y a un planning qui est établi pour la semaine afin qu’ils évitent d’attraper le virus et pour être protégés aussi avec le masque, avec une désinfection des mains, le lavage au quotidien et la désinfection des locaux » précise Léa Dewet, l’éducatrice de jour.

Un refuge pour sans-abri déjà ouvert pendant le premier confinement où tout s’est très bien passé. Aucun incident et aucun cas de contamination observé. 

  

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

A lire aussi

le Grand Nancy déclenche une grande campagne de dépistage pour les fêtes de fin d’année

adrien

toutes les nouveautés à découvrir durant les vacances de Pâques

adrien

Voyagez aux origines du Système solaire depuis votre canapé avec les podcasts de Sciences en lumière

adrien

le vaccin Moderna distribué aux pharmaciens et aux médecins généralistes

adrien

Un livre qui me plait. Survivre au sexisme ordinaire

adrien

INFOGRAPHIES – Coronavirus : 4.858 morts du covid19, 3.244 patients hospitalisés et 300 en réanimation dans le Grand Est

adrien