weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

Un air de fête pour l’inauguration de la ligne rénovée Beauvais-Le Tréport

Notez cet article



Après deux ans de travaux, la ligne Beauvais-Le Tréport est de nouveau fonctionnelle au grand soulagement de bons nombres d’usagers.

 

11h16 pétantes ce samedi 1er août. Trompette, guitare, batterie et basse, se sont associées, un ruban a été solennellement découpé pour un accueil en fanfare. C’est ainsi, dans une ambiance de fête, qu’est arrivé le premier train en provenance de Beauvais depuis deux ans dans la gare du Tréport.
 
Un soulagement pour de nombreux usagers qui n’auront plus à enchaîner les bus et les correspondances pour effectuer un trajet devenu “pénible” pour beaucoup. C’est d’ailleurs le résultat tant attendu d’une longue bataille pour certains :
 

On est très content. Le précédent comité s’est battu pendant 30 ans pour éviter une fermeture. Et cela fait 6 ans que le comité est actif pour demander à ce que soient faits les travaux qui étaient nécessaires. Il y avait des limitations de vitesse sur certaines portions. De 2014 à 2018, on roulait sur certaines portions entre 30 et 60 km heures. C’était une perte de temps importante.

Brigitte Troquet, vice-présidente du comité de sauvegarde et de développement des lignes ferroviaires

La satisfaction est d’autant plus grande que les usagers ont répondu présent dès ce premier trajet. Les estimations prévoient d’ailleurs que près de 900 personnes par jour profiteront de cette ligne. Un engouement que Brigitte Troquet n’avait pas totalement mesuré : “Il y avait beaucoup de monde. On se rend compte que ça correspondait vraiment à un besoin important. En plus, avec le covid, les gens se reconcentrent sur l’essentiel notamment au niveau des transports et se tournent vers des moyens plus écologiques que la voiture.”
 

Ce n’est que le début  

Pour en arriver là –la possibilité d’un trajet en train entre Beauvais et Le Tréport d’une heure quarante-, il a fallu changer 140 kilomètres de rails et remplacer les 190 000 tonnes de ballastes pour un coût total de 70 millions d’euros. Pour le moment, deux aller-retour sont prévus chaque jour au mois d’août, ils seront cinq à partir de septembre.

Une situation qui rend Eddie Facque, le président de la communauté de commune des villes sœurs, enthousiaste, mais ne suffit pas : “Pour nos amis parisiens et beauvaisiens, c’est une ligne absolument indispensable afin d’amener cette population sur notre territoire. Mais on a aussi un autre cheval de bataille qui est la ligne Abbeville-le Tréport qui est également un atout au moins aussi important.”

 

Aujourd’hui, le trajet Le Tréport-Paris se fait en 3h15 alors qu’il se faisait il y a quinze ans en 3 heures. Il y a le jeu des correspondances qui entre en compte, mais si on peut gagner un peu de temps… D’autant que maintenant tout est rénové”

Brigitte Troquet, vice-présidente comité de sauvegarde et de développement des lignes ferroviaires

Mais pour Brigitte, le combat ne s’arrête pas là et va bien au-delà de la dimension touristique : “Bien sûr que le Tréport-Mers est une cité touristique, mais il y a aussi beaucoup de travailleurs et notamment de jeunes qui viennent étudier ici. Ils font de cette ligne un besoin du quotidien. C’est donc important qu’on ait des trains fiables avec horaires adaptés. Ce sera notre prochain combat.”

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

Related posts

19 – Belgique : à Anvers, il est désormais obligatoire d’avoir “un masque sur soi”

adrien

Coronavirus – Neuville-en-Ferrain : un enfant testé positif au Covid-19, l’école primaire fermée pour 14 jours

adrien

le vélo semble avoir trouvé sa place

adrien