weighexperts.com
Image default

rassemblements contre la loi sécurité globale


Deux rassemblements, l’un à 11h et l’autre à 13h, se sont tenus place de la République à Lille pour exiger le retrait de la loi « sécurité globale » et son article 24 sur la diffusion malveillante des images de policiers et de gendarmes.

« Liberté, égalité, filmez ! ». Ils sont entre 1000 et 1500 manifestants à scander ces mots place de la République ce samedi, selon les organisateurs et un comptage de l’AFP.

Plusieurs personnalités politiques étaient présentes dès 11H, notamment la maire de Lille Martine Aubry.

Munis de leurs pancartes « Tous surveillés sauf la police », « floutage de gueule », « souriez on continuera de filmer », tous s’opposent à la loi « Sécurité globale » et son article 24 sanctionnant la diffusion d’images visant manifestement à « porter atteinte à l’intégrité physique et psychologique des policiers et gendarmes ».

Des journalistes inquiets

« C’est de la défense des libertés qu’on parle aujourd’hui: la liberté d’expression, la liberté d’informer, d’être informé« , a lancé au micro Ludovic Finez, secrétaire du SNJ-CGT, dénonçant cette proposition de loi, et son article 24, voté en première lecture par l’Assemblée nationale vendredi dernier et portée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Les articles 21 et 22 du projet de loi sont aussi contestés : ils visent à renforcer l’utilisation par les forces de l’ordre des images de drones et caméras piétons. 

 

Les articles 21 et 22 de la loi "sécurité globale" sont aussi contestés par les manifestants

Les articles 21 et 22 de la loi « sécurité globale » sont aussi contestés par les manifestants

© Jean-Marc Devos

Sans oublier le nouveau schéma national du maintien de l’ordre, affirmant l’obligation de se disperser pour les journalistes après sommations sur une manifestation, ou la nécessité de s’accréditer pour les couvrir.

Une loi « qui fait peur »

« Je suis choquée par cette loi, elle n’a aucun sens et c’est très malvenu en cette période. On préfère protéger les policiers plutôt que les citoyens » , déclare Agnès, comédienne, lors du second rassemblement à 13h. 

 

Selon les organisateurs et un comptage AFP, ils étaient entre 1000 et 1500 réunis place de la République, 400 selon la préfecture

Selon les organisateurs et un comptage AFP, ils étaient entre 1000 et 1500 réunis place de la République, 400 selon la préfecture

© Jean-Marc Devos


« Cette loi elle me fait peur. Si un gouvernement qui se déclare ni de droite ni de gauche passe une telle loi, qu’est-ce que ce sera si c’est l’extrême droite qui arrive au pouvoir en 2022 ?« , se demande Clara, sociologue urbaniste. 

La question des violences policières

Pour Ludovic Finez du SNJ-CGT, « le but réel est d’interdire la diffusion d’images de violences policières. »

Tous ont en tête les images du producteur de musique Michel Zecler, roué de coups à Paris par des policiers. « Pourquoi l’avoir ainsi tabassé ? (…) Il aura fallu ce drame, ces images atroces, pour qu’enfin au gouvernement on se pose des questions« , lance Philippe Allienne, président du Club de la presse des Hauts-de-France. 

 


« J’aimerais pouvoir aller en manif sans avoir peur de me faire taper dessus…, confie Livia, manifestante, nous on est filmés constamment, alors je vois pas pourquoi la police ne devrait pas l’être aussi », continue-t-elle.

Le député France Insoumise de la première cironscription du Nord Adrien Quatennens, présent dans le cortège parisien, réagit au vote de cette loi :

Quelques débordements

A Lille, si le premier rassemblement débuté à 11h s’est déroulé sans débordement, des incidents sont survenus dans l’après-midi lors du second rassemblement.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour disperser un bout du cortège de manifestants qui tentait d’avancer vers la rue de Béthune. Le rassemblement doit rester statique selon les consignes de la préfecture du Nord.

 

La rassemblement est toujours en cours et le calme semble être revenu.





Source link

A lire aussi

des matériaux révèlent leurs secrets à des chercheurs de Nancy

adrien

Vivez en direct l’atterrissage du Rover Perseverance, une mission à laquelle contribue une scientifique de Nancy

adrien

Une famille de Saint-Gobain dans l’Aisne découvre chez elle des croquis et des photos datant de plus d’un siècle

adrien

Nancy : second tour des municipales le 28 juin, ce qu’en pensent les trois derniers candidats

adrien

Daum, le plus grand tube d’ultra-vide au monde, un outil de recherche pour l’avenir des nanomatériaux

adrien

après le coronavirus, les ventes de vélos explosent et c’est la pénurie dans les magasins

adrien