weighexperts.com
Image default

que va-t-il se passer pour tous ceux qui ont reçu une première dose d’AstraZenecca âgés de 50 à 55 ans ?


Si comme moi et 500.000 autres Français vous avez reçu une première injection d’AstraZeneca mais que vous n’êtres plus éligibles à ce vaccin pour la seconde dose, que devons-nous faire? Réponse, patienter encore au moins 15 jours. J’ai interrogé les différents responsables.

500 000 français âgés de moins de 55 ans dont le ministre de la santé Olivier Vérand lui-même, ont été vacciné avec une première injection d’Astra Zeneca il y a déjà plusieurs semaines. Avant d’apprendre le 9 avril dernier par la Haute autorité de santé qu’ils n’étaient plus éligibles à ce vaccin pour leur deuxième dose. Ils devront être vaccinés avec un vaccin ARN, Pfizer ou Moderna. 

Parmi ces Français, du personnel de santé et des patients dans des cabinets en ville. Si pour les premiers cités, il n’y a pas de problème à priori : c’est l’établissement de santé dans lequel il travaille qui se chargera de la deuxième injection. Pour les patients qui ont été vaccinés par leur médecin traitant, c’est une autre paire de manches. Un peu moins de 30 000 personnes seraient concernées dans la région Hauts-de-France selon l’Agence Régionale de Santé.

Des questions…

Direction d’abord le médecin traitant. « Vous devez vous faire vacciner 12 semaines après la première injection dans un centre de vaccination« , m’explique-t-il. Mais il n’en sait pas plus. Les médecins de ville ont commencé à vacciner leurs patients dans la semaine du 22 février. C’est donc à partir du 17 mai que les premiers vaccinés doivent recevoir leur deuxième dose. 

Cherchons alors sur des sites comme Doctolib, un créneau pour se faire vacciner : impossible de prendre un rendez-vous sans tricher, les créneaux existent mais seulement pour les plus de 70 ans, le personnel de santé, ou pour une première injection. Rien n’est prévu pour les primo-vaccinés à l’Astrazenecca. 

Flacon du vaccin AstraZeneca

© FTV

Dernière chance : le numéro vert du gouvernement (0800.130.000) qui répond 24h/24 aux questions sur le Covid-19. Mon premier interlocuteur tente de trouver une solution sur les sites de vaccination. En vain. Le second n’arrive pas à appréhender mon problème. Le troisième ne comprend pas pourquoi je ne veux pas me faire vacciner une seconde fois avec l’AstraZenecca. Aucun d’entre eux n’a reçu d’information qui pourrait m’éclairer. Au contraire.

Une réponse, enfin !

Contactée, l’Agence régionale de santé des Hauts-de-France nous renvoie sur la caisse primaire d’assurance-maladie pour répondre à la question. Vérification faite auprès du ministère, 24 heures après, la réponse tombe : chaque patient concerné recevra un courrier avant la mi-mai. Pour connaître les démarches à effectuer. Enfin !

Les Corréziens sont mieux lotis. Depuis une semaine déjà, leur département propose un numéro vert et des créneaux de vaccination à ses primo-vaccinés à l’AstraZenecca. 1500 personnes au total.

Quant à moi, je vais attendre patiemment que le courrier arrive dans ma boîte aux lettres. J’ai aussi prévenu mon médecin traitant, bien content d’être enfin informé pour tous ces autres patients. 

 





Source link

A lire aussi

deux étudiantes de Sciences Po Nancy s’engagent contre l’extrême pauvreté

adrien

les points de collecte dans la Somme et l’Oise

adrien

les cavistes peuvent-ils (encore) sauver Noël ?

adrien

Les Hauts-de-France proposent une aide à la garde d’enfants : comment ça marche ?

adrien

à Bruxelles, les cyclistes pourront finalement rouler sans masque

adrien

Gérald Darmanin confirme la construction d’un nouveau commissariat de police à Valenciennes

adrien