weighexperts.com
Image default

quatre candidats dans la dernière ligne droite pour reprendre l’usine à rails

Notez cet article


Lors d’un comité social et économique extraordinaire lundi 7 juin 2021, la direction française a présenté l’état des offres de reprise des usines Liberty Steel d’Hayange et de Saint Saulve (Nord). Les syndicats ont demandé à rencontrer les postulants.

C’est désormais une course de vitesse dans laquelle sont officiellement engagés sept groupes financiers et industriels. Selon nos informations, trois ne répondent pas aux doléances du ministère de l’Economie qui a son mot à dire : le laminage des rails est considéré comme une activité stratégique pour la France.

L’offre du groupe financier Greybull serait écartée car même si elle englobe le rachat des deux sites, elle présente le handicap majeur de provenir d’un ancien propriétaire de l’usine d’Hayange qui n’a pas laissé un bon souvenir de sa gouvernance… Deux autres seraient sur la touche car elles ne concernent que l’usine mosellane: celle du groupe chinois Jindal et celle du groupe espagnol Sidenor.

Bercy veut coûte que coûte privilégier la vente commune des deux sites d’Hayange et de Saint-Saulve. Bruno Le Maire entend rester fidèle à sa promesse faite de “ne pas laisser tomber les salariés“, mais elle prive les installations de la vallée de la Fensch du contenu de deux offres, balayées d’un revers de manche.

Les quatre fantastiques

La direction française a donc évoqué les quatre offres qu’elle juge conformes aux intérêts de l’entreprise, et des doléances gouvernementales. Celle du local de l’étape, le sarrois Saarstahl, est jugée la moins bonne du lot, car elle contiendrait une demande de co-investissement de l’Etat français à hauteur de 50 millions d’euros. Le groupe sidérurgique allemand voudrait reprendre chacun des sites pour un euro symbolique.

Même proposition ou presque pour Beltrame. Pour un euro, le groupe italien promet d’injecter 50 à 60 millions d’euros d’investissements dans les deux usines. Même montant ou presque pour l’autre transalpin des Aciéries de Venise qui fait la même proposition d’investissement, mais l’offre est un peu mieux considérée par la bonne santé financière de ce petit groupe sidérurgique qui propose 23 millions d’euros pour les deux usines lorraine et nordiste.

Liberty Steel emploie 450 salariés à Hayange (Moselle) pour laminer des rails.

© Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

L’euro symbolique, c’est également l’offre de l’ex numéro un mondial de l’acier ArcelorMittal qui investirait 75 à 80 millions d’euros sur les deux sites, en garantissant l’emploi. L’ancien propriétaire historique de l’usine d’Hayange jusqu’en 1999 tient la côte, c’est le plus puissant et le mieux armé industriellement.

Motivation et compétences

Les syndicats réunis ce matin ont demandé à rencontrer les quatre candidats à la reprise. Ils seront entendus demain mardi 8 juin par Bercy. Ils attendent dorénavant les offres finalisées complètes, annocées pour le 15 juin, “avec un CSE extra entre le 20 et le 25 juin” selon la CFDT.

Le CSE de ce matin a beaucoup tourné autour d’Ascoval, mais nos inquiétudes restent entières” estime un représentant du personnel qui s’interroge : “quel est notre intérêt ? Etre vendu avec ou sans Ascoval ? Et qui va garantir le maintien des compétences ? On en a perdu beaucoup depuis quelques années avec les reventes successives, des salariés expérimentés se sont démotivés et sont partis ailleurs. Le nouveau propriétaire devra en tenir compte pour maintenir la qualité de nos produits“.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

A lire aussi

Thibaut, harcelé sur les réseaux sociaux, témoigne

adrien

cinq figures qui ont marqué l’histoire politique de la Picardie

adrien

VIDÉO. Lille : rassemblement des salariés de Camaïeu, placé en redressement judiciaire

adrien

“Black Lives Matter” : des incidents à Bruxelles au terme d’une manifestation de 10 000 personnes contre le racisme

adrien

Journée nationale de mobilisation pour la santé : en Picardie, les soignants réclament un “grand changement politique”

adrien

Le masque obligatoire dans la rue à Bruxelles, surprise matinale pour certains

adrien