weighexperts.com
Image default

pour la première fois en France, un coeur humain est transplanté à un patient porteur d’une prothèse cardiaque



Une équipe du CHU de Lille a implanté une prothèse cardiaque à un patient en attendant qu’un coeur humain soit disponible. Ce procédé, une première en France, a été un succès et pourrait aider à tarir la pénurie qui touche la transplantation cardiaque.

Le CHU de Lille a réalisé une première en France : transplanter un coeur humain à une personne qui vivait jusque-là avec un coeur artificiel. Explications. A la fin de l’année 2020, un patient âgé de 30 ans, en insuffisance cardiaque, et suivi au CHU de Lille, a bénéficié de l’implantation d’un coeur artificiel de la société Carmat grâce à l’équipe du professeur André Vincentelli, chirurgien thoracique et cardio-vasculaire du CHU de Lille.

Il explique le parcours du patient : « Il a fait une décompensation cardiaque qui l’a conduit pour la première fois de sa vie à l’hôpital. Il ne pouvait plus en sortir car il était dépendant de médicaments intraveineux pour tonifier son coeur. La seule issue, c’était la transplantation mais nous n’avons pas trouvé de coeur dans le mois qui a suivi. Nous avons décidé d’utiliser le coeur artificiel de la société française Carmat ». L’opération a nécessité la présence de trois anesthésistes-réanimateurs titulaires et deux chirurgiens sénior. 

« Je pense que nous rentrons dans une nouvelle ère »

Le patient a pu quitter l’hôpital pour le centre de réadaptation cardiaque Les Hautois, à Oignies (Pas-de-Calais). Il a pu rejoindre son domicile dans un deuxième temps. Sa nouvelle prothèse nécessitait seulement le port d’un petit sac pour déplacer les batteries. Finalement, le 4 avril dernier, après 3 mois d’attente, un coeur humain lui est transplanté. Cette stratégie, d’utiliser un coeur artificiel en attendant la transplantation d’un coeur humain, avait déjà été réalisée cinq fois en République tchèque et au Kazakhstan, avec succès, mais jamais en France. C’est désormais fait grâce à l’équipe du CHU de Lille.

L’opération a également permis de tester la prothèse cardiaque française Carmat avec succès. Selon le professeur, celle-ci est plus performante que les anciennes qui utilisaient un système de pneumatiques avec des compresseurs. Le patient était limité dans ses déplacements. En conséquence, le chirurgien André Vincentelli estime que la prothèse cardiaque française de la société Carmat va devenir le modèle de référence à l’avenir. Et que la stratégie de l’utiliser en attendant la transplantation d’un coeur va changer le domaine. « Je pense que nous rentrons dans une nouvelle ère qui va permettre de répondre à plus de demandes de transplantations », juge-t-il.

Car il y a toujours une pénurie de coeurs disponibles en France et les chiffres la traduisent : il existe un donneur pour deux receveurs potentiels. En conséquence, des patients décèdent parfois en attendant un don. « Cette prothèse doit nous aider à gagner du temps et à protéger les patients. Il n’y avait pas eu de nouveautés pour le coeur artificiel total depuis plus de 20 ans », continue le professeur. Chaque année en France, sont réalisées environ 450 transplantations cardiaques. L’espérance de vie médiane pour les patients concernés est de 17 ans. Certains, plus rarement, sont également équipés de coeur artificiel définitivement mais ne survivent que 5 à 6 ans. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source link

A lire aussi

la SNCF expérimente la nébulisation pour désinfecter ses rames TER et lutter contre le Covid-19

adrien

« j’en ai rien à foutre de ma santé, j’irai jusqu’au bout pour Boubacar et Sidiki »

adrien

quand les Nazis voulaient débarquer en Grande-Bretagne depuis le nord de la France

adrien

Déconfinement : en Meuse la limite des 100 km réserve de belles découvertes

adrien

les ministres Gérald Darmanin et Julien Denormandie en visite dans l’Oise ce 7 septembre

adrien

quand la chasse aux sorcières, la torture et le bûcher terrorisaient l’Artois en 1460

adrien