weighexperts.com
Image default

Nicolas Mathieu raconte Kléber et le secret des parents sur France Inter.fr

Notez cet article


“Kléber et le secret des parents” avec les musiciens de l’orchestre philharmonique de Radio France. “Kléber avait un truc : il était très très attentif”. Une histoire de Nicolas Mathieu pour la série “Une histoire et Oli”, des contes en musique, diffusés au mois de septembre sur France Inter.fr.

Nicolas Mathieu est sur la scène de l’auditorium de Radio France samedi 26 juin 2021. Avec les musiciens de l’orchestre philharmonique il raconte l’histoire inédite qu’il a écrite pour la série “Une histoire et Oli” : “l’histoire de Kléber et le secret des parents”.

– Il existe un secret qu’aucun enfant n’a jamais entendu. C’est le secret le plus secret, le mieux gardé, le pire de tous. Ce secret qu’aucun enfant n’a jamais entendu, Kléber, lui, l’avait découvert tout seul. Personne à part lui n’en avait connaissance.

“C’est l’histoire de tous les parents. Ça commence de cette manière un peu paradoxale, c’est une histoire pour les enfants qui commence par cet aveu, sur ce secret : tous les parents détestent les enfants”, dit Nicolas Mathieu.

Des histoires à écouter qui stimulent l’imaginaire

Comme Kléber, le jeune héros de son conte, l’écrivain n’a jamais oublié son enfance dans les Vosges en Lorraine. “Le point de départ c’est de se dire tous les adultes détestent les enfants. Je suis convaincu que les contes sont des univers de simulation pour éprouver et pour s’entraîner à ressentir des choses fortes. Cela fait partie de mon travail de raconteur d’histoires à des enfants. C’est un conte quand même assez lorrain. Et ce qui peut ranimer ce souvenir, ces sensations de l’enfance ce sont les odeurs. Notamment celle de la tarte à la Mirabelle que faisait (ma) la grand-mère du petit Kléber”. 

Les contes sur les univers de l’enfance ça fait partie de mon travail de raconteur d’histoires. 

Nicolas Mathieu

 

 

 

Alors, plus l’histoire avance, plus on apprend que Kléber se jure que lui n’oubliera jamais rien. Mais le temps passe, et les étés se succèdent. Et la vie avec. “Kléber et le secret des parents” est une parabole touchante, drôle et mélancolique à la fois.

Il n’était pourtant pas plus malin qu’un autre, pas plus fort, ni plus grand. Avec ses petits yeux cernés, ses cheveux raides et doux, ses bras comme des bouts de bois et ses genoux toujours écorchés, il ressemblait à n’importe quel petit garçon de six ans trois quarts. Sauf que Kléber avait un truc : il était très très attentif. Il savait regarder les choses. 

“Kléber avait très tôt remarqué qu’il existe une ÉNORME différence entre ce que racontent les adultes et la réalité”.

© Yves Quéméner, France télévisions

Puis sur la scène, la comédienne Suliane Brahim captive notre attention. Elle raconte “l’île miraculeuse” de Nina Bouraoui. La fable est rythmée et mise en musique par l’orchestre philharmonique. Justine Caillé, flûtes et piccolo de l’orchestre explique, “Cela entraîne un panel d’émotion assez grand. Et ça tire le public d’un côté ou d’un autre émotionnellement parlant”. Suliane ajoute : “Quand on raconte l’histoire on sent que les enfants reçoivent à la fois le texte, la musique, les instruments. C’est assez ludique en fait pour tout le monde, pour nous le conteur et pour les enfants aussi”.

Des histoires en musique

Un jour, monsieur O, en triant les poissons, fit une curieuse découverte. Un poisson qu’il n’avait jamais vu auparavant attira son attention.

Dans ce poétique conte, l’île ressemble à une sorte de paradis. Un petit bout de monde sauvage qui vit uniquement de la pêche. “C’est l’histoire d’une île miraculeuse car ici on ne manque de rien. La nature offre tout. Les habitants qui vivent ici ce sont des pêcheurs et ils sont très heureux. Jusqu’au moment où il finit peut-être par manquer quelque chose d’essentielle : c’est la lumière. Les habitants se refusent à faire de la lumière avec du feu parce que le feu apporte la guerre”, raconte Suliane Brahim.

On l’appelait l’île miraculeuse. Nul ne savait comment elle avait surgi des eaux et nul ne connaissait son nom véritable. Elle était comparable à toutes ces choses que l’on ne peut expliquer mais qui existent et font rêver. Elle était aussi petite que le monde est vaste, aussi étrange que les étoiles qui semblent ressusciter quand la lune succède au soleil. Elle avait sa légende.

 

L'île miraculeuse : c'est l'histoire écrite par Nina Bouraoui et racontée par Suliane Brahim avec l'orchestre philharmonique de Radio France.

L’île miraculeuse : c’est l’histoire écrite par Nina Bouraoui et racontée par Suliane Brahim avec l’orchestre philharmonique de Radio France.

© Yves Quéméner, France télévisions

Les podcasts Une histoire et Oli  sont une très bonne solution pour que les enfants décrochent des écrans. Ils seront diffusés sur France Inter.fr au mois de septembre. Pour les enfants à partir de 5 ans. 

Nina Bouraoui a publié “Tous les hommes désirent naturellement savoir”, un roman autobiographique sur sa jeunesse parisienne bousculée par sa recherche d’identité. Un livre qui nous plonge au cœur de l’enfance et des souvenirs de l’auteure mais aussi de sa quête d’identité.

Nicolas Mathieu prix Goncourt 2018 pour “Leurs enfants après eux” (Actes Sud), a publié avec Pierre-Henri Gomont “La grande école”. Un album pour les enfants chez Actes Sud Junior en 2020.

Suliane Brahim est pensionnaire de la Comédie-Française depuis 2009.



Source link

A lire aussi

les parapluies sont de sortie, la petite laine aussi

adrien

découvrez les nouveautés de la 37e édition en Picardie

adrien

Venise, Écosse, Colorado… Les résidents de l’Ehpad de Soissons voyagent grâce à une capsule multisensorielle

adrien

“comme à chaque fois que le temps a fait son œuvre on éprouve de la mélancolie”, Nicolas Mathieu

adrien

dans Londres désert, les salariés sont peu pressés de retrouver le bureau

adrien

le Beauvaisien, Arnaud Démare, arme numéro un de Groupama-FDJ pour les championnats de France

adrien