weighexperts.com
Image default

Nancy : Grève illimitée au Centre Psychothérapique pour dénoncer les inégalités face à la prime du Ségur de la Santé


Une grève illimitée a débuté ce lundi au Centre Psychothérapique de Nancy à l’appel du syndicat FO pour dénoncer l’inégalité des personnels face à la hausse de salaires de 183 € net par mois,  octroyée récemment dans le cadre du Ségur de la santé. 

 

Alors que des enquêtes montrent que la santé psychique des Français se dégrade et qu’elle pourrait représenter la prochaine vague dans cette pandémie de covid-19, une partie des personnels du Centre Psychothérapique de Nancy se sent exclue des mesures du Ségur de la santé. Ces accords prévoyaient une revalorisation salariale pour les agents des établissements publics de santé. Au CPN de Laxou, une centaine de personnes ne peut pas y prétendre. « Il s’agit de professionnels infirmiers, aides-soignants ou éducateurs de la Maison d’Accueil spécialisée (MAS) qui s’occupent de personnes atteintes d’une déficience mentale profonde, le plus souvent associée à des déficiences motrices, somatiques ou sensorielles ou des personnes avec atteintes neurologiques, qui ne peuvent se suffire à elle-même dans les actes de la vie quotidienne et dont l’état requiert une surveillance médicale et des soins constants ; de ceux du Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA ) du Centre de Ressources Autisme (CRA) et du service de Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs » nous indique Anthony Catania, Secrétaire Général FO au CPN de Nancy. 

La situation est ubuesque

Anthony Catania, Secrétaire Général FO au CPN de Nancy

« Nous avons par exemple des collègues infirmiers ou aides-soignants de la Maison d’Accueil Spécialisée qui peuvent aller remplacer un collègue dans une de nos unités hospitalières. Ils n’auront pas les 183 € par mois. Alors qu’à l’inverse un infirmier ou un aide-soignant d’une de ces unités d’hospitalisation peut faire le même remplacement à la Maison d’Accueil Spécialisée et lui est bénéficiaire de cette augmentation. Autre exemple tout aussi ubuesque. Dans un même bâtiment du CPN, au rez-de-chaussée, le personnel du service qui gère le courrier de l’hôpital perçoit les 183 € ainsi que la personne du bureau voisin à la reprographie. Au premier étage juste au-dessus le service mandataire judiciaire à la protection des majeurs n’est pas concerné par la prime. On monte encore d’un étage, où se trouve le service formation continue et là, les personnels ont droit à la prime. On appelle cela le Ségur de la santé. Il est censé revaloriser les soins et les soignants à la suite de la crise du Covid-19. Vous avez des personnels techniques qui gèrent la voirie, les espaces verts, les cuisines ou encore les livraisons qui touchent les 183 €. Mais, une aide-soignante ou une infirmière de la Maison d’Accueil Spécialisée ou au CSAPA en Addictologie ne les touche pas. Ce n’est pas prévu en fonction des métiers, mais en fonction de la structure d’affectation. En fait, si vous travaillez dans le mauvais service, vous n’y avez pas droit. »
Pour Anthony Catania, la suite logique est une désertion des postes non concernés par la prime. Certains personnels n’hésitent plus à laisser des postes vacants pour faire la bascule. Certains préfèrent aller travailler en EHPAD qui eux sont concernés par cette prime. Les conséquences pour les patients sont désastreuses. ‘’On met les services en grande difficulté, car ils ne sont plus attractifs. ‘’

Il y a des professionnels qui commencent à être exaspérés. Ils se sentent méprisés.

Anthony Catania, Secrétaire Général FO au CPN de Nancy

Les exclus du Ségur de la Santé

Plusieurs groupes sont nés sur les réseaux sociaux ‘’Les exclus du Ségur ‘’. Partout en France, des personnels dénoncent une inégalité de traitement. « Les SIAD (Soins infirmiers à domicile). Eux sont exclus aussi. Mais ce sont eux qui ont été le plus en contact avec des malades du Covid à domicile ». 
 

Groupe Facebook Les oubliés du Ségur de la Santé

Groupe Facebook Les oubliés du Ségur de la Santé

Tous ne sont pas logés à la même enseigne. Anthony Catania nous assure que « certains directeurs ou directrices sur le territoire ont versé la prime mensuelle. Ils sont allés à l’encontre du décret en l’interprétant, en partant du principe que tout le monde était agent de l’hôpital. Il y a eu des versements. Mais après, il y a des histoires de budget ». Au CPN, une grève illimitée a débuté ce lundi. « On s’est mis en grève illimitée pour couvrir les actions des professionnels sur le terrain qui boycottent certaines réunions en interne. C’est une façon d’exprimer un mécontentement ». Au Centre Psychothérapique de Nancy, une action était prévue le 5 novembre, mais elle a été annulée en raison du nouveau confinement et du plan blanc. « On avait préparé des panneaux. Mais on a été rattrapé par le confinement et le plan blanc. Potentiellement, on peut rappeler tous les collègues en congé. On peut basculer les organisations de travail en 12 heures à la place de 7h30. On a préféré reporter. Les personnels avaient préparé des pancartes et des banderoles. On les a, de manière symbolique, posées à l’entrée l’établissement pour marquer visuellement la contestation. Cela a été retiré au bout d’une dizaine de jours à la demande de la direction. La grève illimitée, c’est un point de départ, on est en attente de décision nationale ».

Des pancartes retirées de l'entrée du CPN

Des pancartes retirées de l’entrée du CPN

© Facebook FO

Le syndicat FO du CPN a attaqué le décret au Conseil d’État. 

« On a contacté notre service juridique de la Fédération qui nous a accompagné.  Le recours déposé porte sur deux points : la constitution, qui dans son article 6, prévoit que tout le monde doit être traité de la même façon par la loi. Le second est dans le statut qui régit la fonction publique. Il y a un principe fondateur qui est le principe d’égalité de traitement entre les fonctionnaires. Donc, à grade équivalent, si vous avez la même ancienneté, vous devez percevoir la même chose. Pour nous, le principe d’égalité de traitement n’est pas respecté. »Anthony Catania observe comme partout une hausse des premières de consultation en CMP (Centres Médico Psychologiques ). « Les délais d’attente étaient déjà longs puisque la psychiatrie est le parent pauvre de la médecine. Il n’y a pas de budget. La crise sanitaire vient de faire grimper le nombre de personnes en besoin de soins dans notre domaine. Ça commence à faire beaucoup. » Si la grève est plutôt symbolique pour le moment, les organisations syndicales se préparent à d’autres actions peut-être nationales, début décembre. 

 



Source link

A lire aussi

« Ce n’est pas parce qu’on est en situation précaire qu’on se doit d’habiter dans des taudis »

adrien

DOCUMENTAIRE. Mamadou de Roubaix

adrien

un appartement d’urgence pour les femmes victimes de violences, financé grâce à des maisons en pain d’épices

adrien

Les EHPAD se préparent à la vaccination des résidents

adrien

les éclaircies reviennent en journée

adrien

L’enseigne nordiste Flunch placée sous procédure de sauvegarde pendant six mois

adrien