weighexperts.com
Image default

manifestations anti-pass sanitaire, le “ras-le-bol” des commerçants


La mobilisation se poursuit ce samedi 4 septembre pour les opposants au pass sanitaire. De leur côté, les commerçants nancéiens montent au créneau pour demander la fin des manifestations le samedi en centre-ville, qui font “fuir les clients et dégringoler le chiffre d’affaires”.

Cet après-midi du 4 septembre 2021, comme chaque samedi depuis deux mois, quelques milliers d’opposants au pass sanitaire défilent dans les rues de Nancy. Exaspérés, les commerçants souhaitent quant à eux la levée de ces manifestations le samedi en centre-ville, qui “font fuir les clients”.

“L’ambiance est anxiogène, les clients désertent le centre-ville”

Pour la huitième fois depuis début juillet, les anti-pass sanitaire déambulent dans une ambiance plutôt bon enfant à travers les rues de Nancy, suivant un parcours bien défini à l’avance par la Préfecture de Meurthe-et-Moselle (54). Le cortège part à 14 heures de la place Maginot et le reste du parcours évite les rues les plus passantes, interdites aux manifestants. Pourtant, les clients se font rares dans les magasins du centre-ville. À quelques mètres, aux abords de la place Stanislas entre autres, les forces de l’ordre quadrillent le périmètre pour éviter les débordements. Un important dispositif qu’implique la manifestation et qui “effraie et dissuade les clients de se rendre dans le centre-ville”, d’après Sébastien Duchowicz, le président des commerçants de Nancy (Les Vitrines de Nancy). 

Forces de l’ordre dans le centre-ville de Nancy, lors de la manifestation anti-pass sanitaire du samedi 7 août 2021.

© Inès Pons-Teixeira

Même si les manifestations ne débordent pas forcément, vous n’avez pas envie de boire un verre ou de faire les boutiques en famille à 20 mètres d’un cordon de CRS.

Sébastien Duchowicz, président des commerçants de Nancy (Les Vitrines de Nancy)

“L’ambiance est anxiogène, les clients désertent le centre ville. Même si les manifestations ne débordent pas forcément, vous n’avez pas envie de boire un verre ou de faire les boutiques en famille à 20 mètres d’un cordon de CRS. Le matin on travaille plutôt bien, mais de 14 heures à 17 heures, soit le temps durant lequel le centre-ville est quadrillé à cause de la manifestation et les transports à l’arrêt pour la même raison, vous perdez la clientèle qui n’a pas envie de se retrouver au milieu des manifestants”, ajoute le commerçant.

25 à 30% de chiffre d’affaires en moins 

Éprouvés par plusieurs événements ces dernière années, allant des manifestations des Gilets jaunes, il y a deux ans, aux longs mois de fermeture pour cause de pandémie mondiale en 2020 et 2021, les commerçants peinent à redresser leur chiffre d’affaires. Les manifestations anti-pass sanitaire sont la goutte d’eau qui risque de faire déborder le vase pour le président des Vitrines de Nancy: “Il s’agit d’une vraie pression sur l’ensemble des commerçants, les manifestations se déroulent le samedi, le jour où familles fréquentent le plus les commerces et tout est bloqué à cause de cette manifestation. Nous sommes en train de créer un dossier démontrant, preuve à l’appui, que certains commerçants accusent des baisses de chiffre d’affaires de 25 à 30% le samedi à Nancy, causé par un manque de fréquentation engendré par ces manifestations. Par exemple, les bus et la ligne 1 du tram sont à l’arrêt pendant toute la durée du rassemblement, ça représente des gens qui ne viendront pas en centre-ville faire les magasins. (…) Alors, pourquoi choisir le centre-ville, qui plus est le samedi, pour manifester? Ces manifestants anti-pass sanitaire peuvent aller ailleurs, réfléchir à un autre lieu, à un autre jour pour exprimer leurs revendications. Ils sont entre 2.000 et 2.500 au maximum à Nancy, soit une petite minorité de la population, mais bloquent une ville entière et commencent à plomber l’économie de plusieurs commerçants”

On arrive à pénaliser beaucoup de monde avec cette manifestation, mais on ne touche pas aux bonnes personnes en impactant les commerces, il y a des familles et des salariés derrière, on a des employés et des locaux à payer (…) Ces commerçants, c’est le cœur du centre-ville, la plupart ont commencé avec un rien.

Sébastien Duchowicz, président des commerçants de Nancy (Les Vitrines de Nancy)

Sébastien Duchowicz, président de l’association de commerçants « Les vitrines de Nancy ».

Sébastien Duchowicz, président de l’association de commerçants « Les vitrines de Nancy ».

© France Télévisions

“Nous ne sommes pas contre les manifestations, il faut juste que cela soit fait de la manière la plus coopérative possible. On arrive à pénaliser beaucoup de monde avec cette manifestation, mais on ne touche pas aux bonnes personnes en impactant les commerces, il y a des familles et des salariés derrière, on a des employés et des locaux à payer (…) Ces commerçants, c’est le cœur du centre-ville, la plupart ont commencé avec un rien. Nancy n’est pas uniquement peuplée d’enseignes avec des reins solides. C’est surtout des personnes lambda et des commerces indépendants, il faut à tout prix que l’on puisse travailler”, insiste Sébastien Duchowicz, président des commerçants de Nancy.

Les commerçants nancéiens attendent maintenant que “la préfecture prenne sa part de responsabilité”. Certains ont même prévu de lancer une pétition, dans les jours à venir, visant à empêcher ces manifestations le samedi en centre-ville.





Source link

A lire aussi

face à l’émotion de la mère, Jonathan Maréchal reste impassible

adrien

En Belgique aussi, “ras-le-bol” policier face aux accusations de violences et de racisme

adrien

La hausse de la consommation électrique dans les Hauts-de-France, indicateur de la reprise économique

adrien

“pour moi, ces aides sont indispensables”

adrien

face au risque de grippe aviaire en Belgique et au Luxembourg, la préfecture lance une alerte

adrien

À Troisvaux, que devient l’Abbaye de Belval, 8 ans après le départ des religieuses ?

adrien