weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

l’Institut Pasteur de Lille travaille sur une molécule “particulièrement efficace”

Notez cet article



Une molécule qui serait efficace contre le Covid-19 est à l’étude à l’Institut Pasteur de Lille. Existant déjà sous la forme de médicaments pour d’autres maladies, sa mise sur le marché pourrait être rapide, à condition que les futurs tests soient positifs. 

Je peux vous dire qu’on a une molécule qui nous intéresse vraiment et qui s’est révélé dans des essais de laboratoire, particulièrement efficace“, a annoncé Daniel Camus, professeur et médecin épidémiologiste à l’Institut Pasteur de Lille, interviewé sur le plateau du journal télévisé du 19/20 ce mercredi 5 août. 

On a de bons espoirs“, a-t-il surenchéri. “Elle pourrait être utilisée à doses très faibles, ce qui éviterait les risques de toxicité et s’adresserait à toutes les catégories d’âge.

Il prend notamment l’exemple des visites dans les établissements médicalisés pour personnes âgées comme les Ehpad qui sont souvent à risque pour les usagers. “On pourrait donner directement le traitement aux personnes qui ont été en contact avec un malade, sans savoir s’ils sont eux aussi porteurs du virus ou non.

Daniel Camus professeur médecin épidémiologiste (Institut Pasteur Lille) appelle au port du masque.



©France 3 Nord Pas-de-Calais

La principale difficulté de l’épidémie est le manque de temps pour trouver un traitement. Un problème qui serait diminué avec cette molécule. À l’image de la chloroquine, “elle existe déjà sous forme de médicament pour d’autres indications. Tout le processus d’autorisation de mise sur le marché se trouve donc excessivement simplifié, raccourci et on pourrait en disposer rapidement.

Le professeur table donc sur une échéance à quelques mois, sous réserve que les différentes épreuves de validation de la molécule soient couronnés de succès : “Il nous faut quand même le tester sur des primates en particulier pour être sûr que l’on puisse l’utiliser sans succès et ça coûte de l’argent“, reconnaît le médecin épidémiologiste. 

Un appel au port du masque dans les lieux publics ouverts

En attendant qu’une telle molécule soit mise sur le marché, Daniel Camus appelle au port du masque : “On n’a aucune arme pour le moment, on a que des armes de prévention assez frustres : le masque, le lavage de mains et la distanciation.

Des outils frustres, mais indispensables : “Une étude montre que le virus se propage sous forme d’aérosol et qu’il peut toucher une personne jusqu’à quatre mètres de distance. Allez en ville et essayez d’être à moins de quatre mètres de quelqu’un. Vous verrez que c’est pratiquement impossible, donc portons les masques.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

Related posts

Le maire de Gérardmer porte plainte contre l’association Gérardmer Patrimoine Nature

adrien

Hauts-de-France : 1,2 million d’habitants vivent dans un logement social, selon l’Insee

adrien

lunettes de soleil et petite laine

adrien