weighexperts.com
Image default

les pneus agricoles usagés collectés et recyclés, une première dans le Grand Est



Du 23 novembre au 17 décembre 2020, 900 tonnes de pneus agricoles seront collectées par la communauté de communes de Vezouze-en-Piémont (Meurthe-et-Moselle). Une opération de valorisation à grande échelle, inédite dans la région.

En ce mois de décembre 2020, les agriculteurs pourront déposer leurs pneus usagés dans un point de collecte à Blâmont, au coeur de la communauté de communes de Vezouze-en-Piémont, à l’est de Nancy. Ainsi, 95.000 pneus agricoles seront valorisés à moindre coût pour les agriculteurs. 

Débarrasser les fermes des pneus stockés

Ils sont devenus un fardeau pour les agriculteurs. Les pneus usagés qui servaient à maintenir les bâches d’ensilage, n’ont plus leur utilité dans les exploitations. Depuis 2015, l’utilisation et le stockage de ces pneus par les agriculteurs n’est plus considéré comme une valorisation de déchets. Pour les acheminer vers les filières de recyclage chacun d’eux doit payer environ 200 euros la tonne. Un coût élevé qui ne les incitait pas à choisir des solutions durables.
« Le but de cette opération est de débarrasser les fermes des pneus stockés depuis 30-40 ans sur nos silos. Car le pneu ne peut plus être valorisé dans les exploitations agricoles : c’est lourd, c’est sale, c’est très embêtant et ce n’est pas écologique« , explique Sophie Lehe, vice-présidente de la Chambre d’agriculture de Meurthe et Moselle.

La Communauté de communes de Vezouze-en-Piémont et la Chambre de l’agriculture de Meurthe-et-Moselle ont mis en place une campagne de collecte pour permettre à 60 agriculteurs de se débarrasser de leurs pneus usagés. Avec les financements publics du dispositif Ensivalor, le coût de recyclage reviendrait pour l’agriculteur à 50 euros la tonne, soit quatre fois moins cher. 

On ne savait pas comment faire pour s’en débarrasser.

Alban Paulus, agriculteur

« Cela permet de recycler des pneus qui servent à rien et c’est magnifique ! Cela fait plusieurs années qu’on attend une opération de ce genre car ce n’est pas facile de recycler les pneus usagés et ça a un coût important. Cette opération c’est super!« , se réjouit Yannick Rorh, agriculteur. « C’est inespéré, on ne savait pas comment faire pour s’en débarrasser. C’est un projet qui est super intéressant pour enlever la pollution visuelle autour de nos exploitations. On a sauté sur l’opportunité pour avoir des fermes plus propres« , ajoute Alban Paulus un autre agriculteur.

Des pneus qui polluaient

Car ces pneus présentent non seulement une pollution visuelle, mais aussi une pollution des sols et des nappes phréatiques. Et dans certains cas, ils peuvent être dangereux pour le bétail. 
« Sur les pneus on a des bouts de ferrailles qui traversent la bâche, qui atterrissent dans la bouffe des bovins et ils peuvent en mourir s’ils les avalent. C’est un bon procédé environnemental et écologique car ça permet de recycler les pneus et non pas de les laisser pourrir dans un coin« , précise Romain Vallée, agriculteur.

Tous les jours du 23 novembre au 17 décembre, 50 tonnes de pneus usagés seront transportés du point de collecte de Blâmont jusqu’à Chaudeney-sur-Moselle. Au final, les pneus vont être transformés en combustible de substitution en cimenterie. La chambre de l’agriculture de Meurthe-et-Moselle a recensé 6.000 tonnes de pneus usagés auprès de 1.400 agriculteurs du département.

Ils pourront bénéficier de la même opération dans les années à venir. D’autres communautés de communes sont également intéressées pour essayer de la mettre en place.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

A lire aussi

l’école publique d’Aix-Noulette est la première du Pas-de-Calais à expérimenter les tests salivaires

adrien

musées et bibliothèques désormais gratuites pour les étudiants et tous les jeunes de moins de 26 ans

adrien

sur la culture, « faut que le gouvernement se bouge pour ne plus nous laisser dans le flou »

adrien

Brigitte Fouré réélue maire d’Amiens lors d’un premier conseil municipal animé

adrien

De retour en Picardie, le youtubeur Nota Bene prépare son prochain épisode sur l’histoire de l’Abbaye de Saint-Riquier

adrien

Une pétition pour empêcher la destruction d’arbres centenaires fait un carton à Novéant-sur-Moselle et bien au-delà

adrien