weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

les conseils des critiques pour la rentrée littéraire

Notez cet article



Comment s’y retrouver parmi les 511 romans publiés lors de cette rentrée ? Le plus simple, c’est encore de faire confiance à deux critiques reconnus et incontournables : Jérôme Garcin, l’animateur et producteur de l’émission culte, Le masque et la plume (France Inter) et Frédéric Beigbeder. 

J’ai une quarantaine de rentrées littéraires derrière moi et je peux vous dire que 2020 est une rentrée qui me surprend par sa qualité“. De passage à Nancy pour deux enregistrements du Masque et la plume dans le cadre du Livre sur la Place, le journaliste et écrivain Jérôme Garcin, ne cache pas son enthousiasme. Avec une rentrée littéraire post-covid, “on pouvait craindre le pire” avoue l’animateur et producteur de l’incontournable émission de France Inter, «le confinement et la pandémie ont mis toute l’industrie culturelle à terre, y compris l’édition. Et là, tout à coup, on assiste à une renaissance du livre. Il y a vraiment beaucoup de titres passionnants. Ce constat malheureusement, on ne le retrouve pas dans le monde du cinéma et encore moins dans le spectacle vivant.

Je trouve que cette rentrée est plutôt de bon niveau

Frédéric Beigbeder

Un engouement partagé par l’écrivain et critique littéraire Frédéric Beigbeder : “Je trouve que cette rentrée est plutôt de bon niveau. J’ai lu plusieurs livres qui vont rester comme “Les démons” de Simon Liberati, “La grâce” de Thibault de Montaigu, “L’île de Jacob” de Dorothée Janin. J’aime aussi “Le temps gagné” de Raphael Enthoven qui est un objet assez choquant car il faut que la littérature soit révoltante, secouante, énervante. Je ne veux pas de livres aseptisés, propres et gentils : ça ne m’intéresse pas.

La jungle des 511 romans de la rentrée

Les lectures ne manquent pas. Pour cette rentrée littéraire 2020, le cru est constitué de 511 romans. “C’est impossible de tout lire” admet Frédéric Beigbeder, “mais ça fait trente ans que je vis ça et je commence à avoir les techniques. On se parle et on échange beaucoup entre critiques et j’ai pas mal d’amis qui sont de grands lecteurs. On s’appelle souvent durant l’été. Il y a aussi des auteurs que je suis depuis longtemps… Oui, c’est une espèce de grenouillage, de passion dans un petit milieu littéraire insupportable et en même temps de vrais amoureux de la littérature.

L’offre de cette rentrée est selon moi de bien meilleure qualité que les éditions précédentes

Jérôme Garcin

Quand vous faites ce métier depuis si longtemps, vous avez des repères beaucoup plus rapidement que d’autres” explique de son côté Jérôme Garcin, “les auteurs qui publient, je les connais et je les ai déjà lu. Je fais ce que font beaucoup de critiques. J’ouvre les livres, je les feuillette. Je ne lis vraiment page après page, ligne après ligne que les livres dont je vais rendre compte ou que je vais évoquer dans mon émission. C’est un principe. Pour le reste, c’est la vieille histoire qui consiste à humer, sentir… A L’Obs, où je m’occupe des pages culturelles, il y a une dizaine de critiques de grande qualité autour de moi. Avant l’été, on se réparti les livres. Je suis également entouré de lecteurs, de professionnels… Avec qui je discute de tout ce qui parait depuis le mois de juin. Mon choix se porte sur les auteurs que je connais et que j’ai envie de suivre. Laurent Mauvignier est quelqu’un par exemple que je suis depuis son premier roman. Je crois même avoir écrit le premier article pour son premier livre… Son dernier ouvrage, “Histoire de la nuit”, fait partie des très grands livres et il va bien au-delà de la saison littéraire. Même chose pour Eric Reinhardt avec “Comédies Françaises”. Mon choix se porte aussi vers des découvertes comme par exemple Hugo Lindenberg, “Un jour ce sera vide”. Un livre à la langue et la prose admirable. Il y a aussi le roman de Marius Jauffret, “Le Fumoir”, où il raconte une expérience douloureuse et personnelle. C’est donc un mélange d’auteurs confirmés et d’auteurs que j’aime découvrir qui font le sel de mon plaisir lors de cette rentrée littéraire. Je dois avouer que j’ai rarement eu autant de coups de foudre et dans certains cas, pour de très grands livres. L’offre de cette rentrée est selon moi de bien meilleure qualité que les éditions précédentes.La rentrée, c’est un folklore français” reconnait Frédéric Beigbeder, “publier beaucoup de livres en même temps, au mois de septembre car il y a les prix littéraires, c’est tout un cirque mais qui est plutôt utile. Il m’est arrivé de taper sur la rentrée littéraire mais au fond, on a de la chance d’habiter dans un pays où une fois par an, tout le monde s’étripe à propos des nouveaux romans. Ça n’existe pas ailleurs et beaucoup de monde nous envie !

(1) Dernier ouvrage de Jérôme Garcin : Le Dernier Hiver du Cid (Gallimard)

 

Rentrée littéraire 2020 : les choix de Jérôme Garcin et Frédéric Beigbeder

Histoire de la nuit” de Laurent Mauvignier (Minuit), “Comédies Françaises” de Eric Reinhardt (Gallimard), “Un jour ce sera vide” de Hugo Lindenberg (Bourgois), “Le Fumoir” de Marius Jauffret (Anne Carrière) pour Jérôme Garcin

Les démons” de Simon Liberati (Stock), “La grâce” de Thibault de Montaigu (Plon), “L’île de Jacob” de Dorothée Janin (Fayard) et “Le temps gagné” de Raphael Enthoven (L’Observatoire) pour Frédéric Beigbeder



Source link

Related posts

Affaire Kulik – La deuxième demande de remise en liberté de Willy Bardon rejetée

adrien

Europa Park, Nigloland et Sainte-Croix, trois raisons de regarder le nouveau numéro d’Enquêtes de région

adrien

PORTRAIT. Hassen Bouchakour et Peyo, le cheval qui accompagne les malades, ont plein de projets pour Calais

adrien