weighexperts.com
Image default

légère reprise de l’épidémie dans le Grand Est, « arrêtez de vous embrasser »



La préfète du Grand Est, Josiane Chevalier et l’ARS, l’agence régionale de santé, ont tenu un point presse ce lundi 20 juillet pour rappeler que « le virus ne prend pas de vacances. Même si les chiffres ne sont, pour le moment, pas alarmants, trente foyers épidémiques ont été identifiés.

« Le virus ne prend pas de vacances » a rappelé la préfète du Grand Est Josiane Chevalier ce lundi 20 juillet lors d’une conférence de presse. Et la trentaine de foyers épidémiques enregistrés dans la région depuis quelques jours le confirme. Depuis le 14 juillet, les nouveaux cas de Covid-19 ont doublé, passant de 150 en moyenne par semaine à 298 entre le 13 et le 19 juillet. Même si les chiffres restent en deça des seuils d’alerte et que les services de santé, urgences, réanimation, médecine de ville, ne connaissent pas de suractivité, les autorités appellent à la plus grande vigilance.


Les Vosges, le Haut-Rhin et la Moselle sous surveillance

Le virus a changé de visage. Si après le confinement, il circulait davantage dans les Ehpad, et les centres médico-sociaux, aujourd’hui, c’est au sein des regroupements familiaux, privés, et dans la sphère professionnelle qu’il évolue. L’ARS a ainsi recencé 30 clusters depuis le début du mois de juillet dans le Grand Est. « Nous avons par exemple, un foyer épidémique dans les Vosges, qui fait suite à une regroupement familial, auquel ont participé 49 personnes. 7 ont été testées positives à ce jour », raconte Marie-Ange Desailly-Chanson, directrice générale de l’ARS Grand Est. Les Vosges, mais aussi la Moselle et le Haut-Rhin sont les départements qui sont désormais sous haute surveillance. 


Taux de reproduction du virus à la hausse mais sous la moyenne nationale

En effet, le taux de reproduction du virus (Ro) dans le Grand Est est ce lundi 20 juillet de 0,98 (contre 0,72 au début du mois de juillet). Un taux en nette augmentation mais il reste en dessous de la moyenne nationale (1,18). Même si les signaux sont au vert « on sent un certain relâchement dans le respect des gestes barrières. Les gens ont besoin, envie de se retrouver mais il ne faut pas baisser la garde » déclare Michel Vernay, épidémilogiste et responsable de Santé Public France en région Grand Est. «  »Il y a une chose que je vois réapparaître et qui est à bannir, ce sont les bises: arrêtez de vous embrasser, c’est comme ça que le virus est transmis » insiste Marie-Ange Desailly-Chanson, directrice générale de l’ ARS Grand Est.


Port du masque obligatoire, 135€ d’amende dès ce lundi 20 juillet

Le port du masque dans les lieux publics clos est donc obligatoire depuis ce lundi. Une règle qui s’accompagne de sanctions pour les contrevenants. Ils risquent 135€ d’amende. « Avant, il était compliqué pour certains commerçants d’imposer le port du masque, désormais, ils ont un texte sur lequel se reposer », explique la préfète Josiane Chevalier. Et d’ajouter « j’appelle à la responsabilité individuelle : on ne réussira pas sans le civisme et la responsabilité de chacun ». La Préfecture du Bas-Rhin a déja rendu également obligatoire le port du masque pour certains rassemblements de plein air.
 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

A lire aussi

les débuts tulmultueux d’Hans-Joachim Marseille, l’enfant terrible de la Luftwaffe, à Calais

adrien

la Belgique durcit ses restrictions et ferme ses écoles avant les vacances

adrien

pour les profs d’EPS « interdire le sport en intérieur à cette saison, c’est interdire l’activité physique »

adrien

La Fédération Nationale des chasseurs perd contre la Fondation Brigitte Bardot devant le tribunal de Cambrai

adrien

Une copie numérique d’un tableau de Ingres exposé au musée du château de Chantilly bientôt visible virtuellement

adrien

quel coût pour les familles ?

adrien