weighexperts.com
Image default

Le variant Delta pointe le bout de son nez en Lorraine

Notez cet article


Selon les chiffres officiels communiqués par l’Agence Régionale de Santé du Grand Est, seulement 6 cas du variant Delta ont été repérés en Lorraine entre le 14 et le 20 juin. Une diffusion qui reste plus limitée qu’en Alsace pour l’instant mais jusqu’à quand?

Dans un communiqué publié le 24 juin, l’ARS Grand Est annonce que 578 tests positifs au Covid-19 ont été recensés dans la semaine du 14 au 20 juin. Le criblage systématique par RT-PCR des tests positifs a permis de montrer que 70 personnes soit 12,1% des personnes testées positives l’avaient été par le variant Delta, anciennement appelé “indien” qui présente la caractéristique d’être plus contagieux et plus virulent que les autres souches de Covid-19. Dans le détail, sur ces 70 personnes contaminées, 58 étaient domiciliées en Alsace et seulement 6 en Lorraine: 3 en Meurthe-et-Moselle, 1 en Meuse et 2 dans les Vosges. Cette semaine-là, aucun cas de variant Delta n’a été recensé en Moselle. Mais attention il y a toujours un déclage de plusieurs jours entre les chiffres communiqués et la réalité.

Un variant sous surveillance

Selon l’ARS ” la diffusion du variant Delta, même si elle reste limitée, est suivie avec la plus grande attention dans la mesure où sa contagiosité est plus importante que celle du variant Alpha anciennement dit “anglais” et Beta anciennement dit “sud-africain” qui cirulent encore majoritairement au niveau de la région Grand Est”. Cette arrivée très progressive du variant Delta ne surprend pas le professeur Christian Rabaud infectiologue et président de la Commission Médicale d’Etablissement (CME) du CHRU de Nancy :“Le variant Delta est présent en Lorraine, il est beaucoup plus contagieux. Mais moi ce que je retiens c’est qu’on est sur une pente descendante de la circulation du virus. Les conditions sont favorables avec une météo qui permet d’être souvent dehors, culturellement on s’est habitués à porter le masque, à respecter les gestes barrières, on est beaucoup mieux organisés et en capacité de repérer rapidement des variants et puis il y a la vaccination.

“Pour toutes ces raisons, on peut dire que la situation est moins préoccupante que celle de l’été dernier même si on va devoir continuer à vivre avec le virus.” 

Christian Rabaud, infectiologue

Professeur Christian Rabaud, infectiologue et président de la Commission Médicale d’Etablissement du CHRU de Nancy.

© FTV

Empêcher les formes graves

Au niveau national, ce variant Delta représente désormais environ 20% des nouveaux diagnostics et tend selon le ministre de la santé Olivier Véran à devenir dominant sans pour autant faire augmenter le nombre de cas. D’où l’appel sans cesse réitérer de se faire vacciner car pour le professeur Christian Rabaud la vaccination reste notre carte maîtresse pour lutter contre le Covid: “Je suis de près ce qui se passe en Angleterre, je constate que même si le variant Delta est devenu majoritaire il n y a pas pour l’instant de saturation des services hospitaliers. L’objectif n’est pas d’éradiquer le virus mais d’empêcher la survenue de formes graves et la vaccination demeure l’arme la plus efficace, la plus facile et la plus sûre. Avec deux doses de vaccin ARN Messager, on diminue les formes graves de 90% ou de 95%, cela veut dire 20 fois moins de risques de faire une forme grave que pour quelqu’un qui n’est pas vacciné”. Vendredi 02 juillet, l’Agence Régionale de Santé du Grand Est fournira de nouveaux chiffres sur la présence de ce variant Delta en Lorraine. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets



Source link

A lire aussi

les prévisions pour ce vendredi 10 juillet (et pour le week-end)

adrien

la détresse d’une restauratrice face au Covid-19

adrien

INFOGRAPHIES – Coronavirus : 4.993 morts du covid19, 2.834 patients hospitalisés et 247 en réanimation dans le Grand Est

adrien

exemple dans deux communes lorraines

adrien

une centaine de pompiers mobilisés

adrien

à Roubaix, un chorégraphe danse pour les pensionnaires d’un EHPAD

adrien