weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

le maraîchage bio en réinsertion, un tremplin vers l’emploi

Notez cet article



Retrouver le chemin vers l’emploi après une pause professionnelle, c’est ce que propose le maraîchage bio en réinsertion. Voici deux exemples relevé en 2020 en Lorraine qui font germer des graines et des projets professionnels.

Par ces temps de crise en ce mois d’octobre 2020, voici une activité qui redonne de l’espoir et unit économie et écologie : le maraîchage bio pour la réinsertion. Plusieurs structures existent en France mais parfois les collectivités sont à l’origine d’un projet. Comme ici au nord de Nancy, où la Communauté de Communes de Bassin de Pompey a créé il y a deux ans, une structure pour accueillir une dizaine de jardiniers en reconversion professionnelle. La plupart n’ont aucune expérience dans le maraîchage, sont sans qualification, chômeurs ou bénéficiaires du RSA. Des personnes de tout âge qui ont des difficultés d’accès à l’emploi. 

On va s’occuper d’abord des problèmes périphériques comme les problèmes d’argent, les problèmes de santé, les problèmes d’accès aux droits sociaux. On va travailler la confiance en soi. Ce sont des gens qui sont blessés, démotivés, qui ne se rendent pas compte de leurs compétences. Il faut leur redonner confiance en eux“, nous explique Carine Miglierina, chargé de mission emploi à la Communauté de Communes Bassin de Pompey. 

Ici, chacun prend son rythme.

Carine, en reconversion pour devenir jardinière bio

Carine, 41 ans, a intégré l’association en ce mois de septembre 2020. Avant, elle travaillait dans le domaine de l’aide à la personne. Un emploi qu’elle a perdu à cause de problèmes de santé. Carine n’a aucune connaissance dans le maraîchage et ce jour-là elle découvre le paillage et le désherbage. “Les premiers jours c’est dur, ça commence à venir tout doucement, ici chacun prend son rythme“, nous confie-t-elle.

Plus loin, deux jeunes femmes sont en train de désherber.  “Je suis assez curieuse, je pars dans tous les sens, d’être ici ça me structure. J’ai une piste pour être paysagiste d’intérieur. On commence à se renseigner et on verra si le projet est valable ou pas”, nous raconte Julie, 21 ans en quête de voie professionnelle. 

En deux ans, seize personnes ont bénéficié de cet accompagnement sur le bassin de Pompey.

Jardins de Cocagne de Thaon-les-Vosges

Les Jardins de Cocagne forment un réseau national qui regroupe 102 jardins de maraîchage bio de réinsertion en France. En Lorraine, la structure est située près de la commune de  Capavenir Vosges (ex-Thaon-les-Vosges). Ici 45 bénéficiaires en CDDI (contrat à durée déterminée d’insertion) travaillent au Smic pour une durée qui va de quatre mois à deux ans au maximum.
Les candidats passent un entretien individuel car les places sont limitées. Ils peuvent être envoyés par le Pôle emploi ou venir spontanément. 

Chez nous dans les Vosges, 70 % des bénéficiaires viennent par eux-mêmes. On va regarder la motivation et l’envie de travailler. Les candidats sont nombreux, on refuse du monde, pour l’instant pas plus que d’habitude. Nous n’avons pas encore senti l’effet Covid“, nous explique Frédéric Fesneau, directeur de la structure.

Aux Jardins de Cocagne de Thaon-les-Vosges, 1.600 familles adhérentes bénéficient des fruits et des légumes produits ici. 900 paniers légumes sont préparés chaque semaine. Sur un espace de douze hectares, neuf sont cultivés.

En 2021, l’association a pour projet d’élargir son activité en créant un laboratoire pour la préparation de plats comme des tartes, soupes ou quiches. Ils seront destinés à la vente en direct. Deux à trois nouveaux postes pour des contrats à durée déterminée d’insertion, seront ouverts en 2021. 

 



Source link

Related posts

lancement des soldes d’été, période décisive pour les commerçants indépendants

adrien

les Londoniens découvrent le plaisir des musées déserts

adrien

on vous explique les nouvelles restrictions dans les communes du Nord et du Pas-de-Calais

adrien