weighexperts.com
Image default

le complotiste Rémy Daillet est dans un avion pour Paris avec sa famille



L’information a été confirmée, mardi 15 juin, par le procureur de la République de Nancy. Expulsé de Malaisie et resté en transit à Singapour suite à l’hospitalisation de sa compagne enceinte, il est en vol pour Paris avec sa famille. Et sera la 11e personne mise en examen dans ce dossier.

Le Français Rémy Daillet et sa famille ont quitté Singapour où ils étaient en transit depuis la Malaisie. Ce mardi 15 juin 2021, ils se trouvent à bord d’un vol pour Paris, où ils doivent atterrir mercredi matin. L’information a été confirmée par François Pérain, le procureur de la République de Nancy.

Dès sa descente d’avion, le mandat d’arrêt délivré à son encontre par le juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy lui sera notifié.

Le juge aura alors deux possibilités :

  • Soit le faire présenter immédiatement à Nancy en vue de sa mise en examen. Il sera alors la onzième personne mise en examen dans l’affaire Mia.
  • Soit le faire présenter devant le juge des libertés et de la détention de Bobigny, pour une incarcération provisoire. Il devra alors être transféré jusqu’à Nancy pour être interrogé par les juges d’instruction de la Jirs dans un délai de 4 jours. Et mis en examen.

« Un rôle dans l’organisation de l’enlèvement de Mia »

Rémy Daillet-Wiedemann vivait ces derniers mois dans l’île touristique malaisienne de Langkawi, avec sa compagne et ses enfants.

Dans le dossier de l’affaire Mia, en cours d’instruction, il est suspecté d’avoir contribué à l’organisation de l’enlèvement de la fillette. Il faisait depuis, l’objet d’un mandat d’arrêt international, émis par le juge d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy. Selon la Justice, qui le définit comme une figure du mouvement complotiste, il aurait « joué un rôle dans l’organisation de l’enlèvement et aurait ainsi fourni les coordonnées de l’accueillante de la mère et de l’enfant à Neuchâtel (Suisse) », en Suisse. S’appuyant en cela sur des témoignages de plusieurs des personnes mises en examen qui auraient indiqué que Rémy Daillet aurait eu un contact direct avec Lola Montemaggi, la mère de Mia et qu’il aurait alloué 3.000 euros pour financer l’opération.

Dans une vidéo mise en ligne après l’enlèvement de Mia, Rémy Daillet avait tenté de se justifier. Sans évoquer nommément la fillette, il réfutait le terme d’enlèvement. 

Rémy Daillet a été arrêté samedi 29 mai en raison de sa situation irrégulière en Malaisie où il séjournait avec un visa touristique venu à expiration. Son expulsion administrative a été initiée par les autorités locales qui l’ont expulsé vers la France avec sa famille. Mais à l’issue de leur escale à Singapour, Rémy Daillet et sa famille n’ont pas pris le vol Air France AF257 qui devait les ramener à Paris. Léonie Bardet, sa compagne, a été hospitalisée en raison d’une grossesse à risques. Rémy Daillet et ses trois enfants âgés de 17, 9 et 2 ans « sont sous la responsabilité des services de police de Singapour« , avait alors précisé à l’AFP, Me Jean-Cristophe Basson-Larbi, l’avocat de M. Daillet.

 



Source link

A lire aussi

les associations s’indignent l’interdiction de distribuer des repas aux migrants

adrien

un nouveau cas de coronavirus détecté sur le site de Lauwin-Planque

adrien

les mesures d’isolement ne sont pas suffisantes pour le Pr Philippe Amouyel, épidémiologiste au CHU de Lille

adrien

l’épidémiologiste amiénois Maxime Gignon alerte sur le regain de l’épidémie

adrien

Vos prévisions météo pour ce jeudi 8 juillet : ciel instable

adrien

l’aéroport de Beauvais prêt à tester ses passagers en provenance de Serbie

adrien