weighexperts.com
Image default

l’ancienne usine sidérurgique de Schifflange va devenir à son tour un nouveau quartier


Le laminoir à fil de Schifflange avait définitivement fermé en 2016. Immédiatement les autorités luxembourgeoises ont planché sur le devenir de la friche. En novembre 2020, le gouvernement a officiellement missionné l’agence Agora pour y faire naître un nouveau quartier.

Il reçoit dans l’ancienne salle de repos des ouvriers de l’atelier de maintenance de l’usine de Schifflange. Le lieu est dans son jus. Vestiaires métalliques, manuels d’outillage sur la table et des casques de sécurité un peu partout. Artiste plasticien, spécialité métal, Michel Feinen se passionne depuis une quinzaine d’années pour le patrimoine industriel de son pays, le Luxembourg.

Et en premier lieu, les sites sidérurgiques, qui font l’objet de nombreux projets depuis vingt ans et le démarrage de Belval, « mais on a beaucoup détruit dans les années 80 » regrette-t-il.

L’artiste, fondateur du D-Kollektiv, installé à Dudelange, milite pour une présence forte du patrimoine industriel sur les anciennes friches vouées à la reconversion.

© Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

Michel Feinen est président depuis quelques années de l’association Ferro Forum, qui regroupe une trentaine de membres, tous attachés à la préservation du patrimoine minier et sidérurgique: « nous venons d’horizons divers, il y a des anciens ouvriers, mais aussi leurs enfants, des artistes, des architectes, nous voulons tous la même chose, faire redécouvrir le riche patrimoine industriel du Grand-Duché« .

Agora

Sur le site de Schifflange, le défi est de taille.

Les 62 hectares de l’ancien laminoir à fil vont être cédés d’ici la fin 2021 par les actuels propriétaires, ArcelorMittal, le Fonds du Rail, et la ville de Schifflange, à l’agence Agora. C’est cette agence, détenue à 50% par l’Etat luxembourgeois et… ArcelorMittal, qui sera chargé de mettre en œuvre le projet de nouveau quartier, avec dans ses valises, la réussite du projet Belval, qu’elle a mené à bien depuis vingt ans.

Le site de Schifflange sera profondément remanié. Il est actuellement la propriété à 90% de l'ancien industriel, ArcelorMittal.

Le site de Schifflange sera profondément remanié. Il est actuellement la propriété à 90% de l’ancien industriel, ArcelorMittal.

© Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

« Schifflange, c’est deux fois plus petit que Belval, mais ça ne veut pas dire qu’on a deux fois de moins de travail pour le transformer. On doit apporter par exemple notre contribution à la lutte contre le réchauffement climatique, ce qui n’était pas aussi présent quand on a commencé Belval à la fin du siècle dernier » sourit Robert Kocian, directeur marketing et développement de l’agence, et fin connaisseur de la thématique des friches industrielles.

Avant de faire profiter le Grand-Duché de ses compétences, ce Français a travaillé notamment au Pôle Européen de Développement de Longwy. Il connait son sujet sur le bout des ongles, ainsi que les us et coutumes de son pays d’accueil : « ici on travaille avant tout à trouver un consensus« .

Le site dans sa configuration actuelle, contient encore beaucoup d'éléments architecturaux qui datent du début du XXè siècle.

Le site dans sa configuration actuelle, contient encore beaucoup d’éléments architecturaux qui datent du début du XXè siècle.

© Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

Master plan et premières constructions

A Schifflange, pour l’heure, c’est le silence qui domine, ou presque. Les entreprises qui y travaillent oeuvrent à mettre en sécurité le site, et à récupérer les matériaux disponibles.

« Les premiers effets visibles, avec les constructions, ne débuteront qu’en 2025, pas avant » explique Robert Kocian, « d’abord il faut dépolluer, réaliser les études, obtenir les autorisations administratives, et ensuite on pourra réaliser le projet d’après le master plan« .

Ce dernier a été conçu par l’agence danoise Cobe, qui a prévu de transformer l’usine en nouveau quartier, composé majoritairement de logements dont 30% au moins pour les plus modestes.

« Mais il y aura aussi des écoles, un lycée, de l’activité tertiaire, et même de l’artisanat« , précise Robert Kocian. En cela au moins, le projet diffère radicalement de Belval, tourné davantage vers le tertiaire, l’université et la culture.

« Rien n’interdit à ce jour que des activités de recherche scientifique se fassent sur le site, mais à ce jour, c’est prématuré, nous ne sommes pas encore chez nous, et beaucoup de choses restent ouvertes, » avance prudemment le directeur marketing.

L'usine sidérurgique de Schifflange, qui employait 600 personnes à sa fermeture, laminait du fil de fer. Une partie des halles qui abritait les cages de laminoir, devrait être conservée.

L’usine sidérurgique de Schifflange, qui employait 600 personnes à sa fermeture, laminait du fil de fer. Une partie des halles qui abritait les cages de laminoir, devrait être conservée.

© Emmanuel Bouard/France 3 Lorraine

Les halles de laminage

Comme beaucoup de sites sidérurgiques, l’usine de Schifflange était une usine dans la ville. Ancrée dans les habitudes et les usages de ses riverains. Et dans les souvenirs des anciens.

C’est le sens de l’action du Ferro Forum qui milite pour que le passé industriel soit partie intégrante du nouveau quartier: « on a été entendu parce que le cabinet Cobe prévoit de garder une partie des halles de laminage qui datent de 1913, la tour de refroidissement et certaines parties du site qui datent du 19e siècle« .

Reste à en connaître les modalités et à en discuter.

« Nous voulons commencer, si les conditions sanitaires le permettent toujours, à faire des visites du site en l’état pour le grand public à partir du 1er mai de cette année » affirme Michel Feinen. Ensuite, l’association espère faire de l’ancien atelier central un lieu de découverte et de pratique des métiers du fer et de l’acier: « il y a une vraie demande pour ça, nos compatriotes sont parfois étonnés quand on leur dit que leur pays était le 7è producteur mondial d’acier dans les années 50« .



Source link

A lire aussi

Seconde guerre mondiale : retour sur la bataille de Montcornet, dans l’Aisne, qui célèbre son 80ème anniversaire

adrien

« Ensauvagement » de Darmanin contre « surenchère populiste » de Dupond-Moretti… Le désaccord des deux ministres nordistes

adrien

du sursis requis contre trois membres de l’ultradroite, filmés frappant une adolescente dans « Generation Hate »

adrien

le RC Lens atomise Monaco (3-0) et ne cache plus ses ambitions

adrien

Vos prévisions météo pour ce samedi 21 novembre : beau soleil et fraîcheur

adrien

les Dogues montent en puissance et battent Anderlecht 2 à 0 en amical

adrien