weighexperts.com
Image default

la Picardie souterraine, les carrières et creutes de l’Aisne



Galeries, souterrains, caves, carrières : dans l’Aisne comme dans tout le nord de la France, les populations ont dû se mettre à l’abri pour se protéger des invasions et pillages. Des lieux qui ont aussi pu servir de refuge aux soldats en 14-18. Des lieux que vous pouvez découvrir cet été.

Dans toute la partie nord de la France, des souterrains-refuges ont été creusés aux XVIe et XVIIe siècles pour mettre à l’abri les populations, leurs biens et leurs récoltes et les protéger des invasions et des pillages.

Beaucoup de ces lieux sont désormais inaccessibles. Certaines carrières sont restées utilisées et ont servi de refuge, voire de caserne lors de la Grande Guerre. D’autres souterrains ont été redécouverts le plus souvent fortuitement et ont été rendus accessibles au public grâce à des passionnés et des associations locales.

À découvrir en balade dans le département : les creutes (creuttes) ou habitations troglodytiques, des souterrains aménagés pour être habités.


Incontournable : la Caverne du Dragon

La Caverne du Dragon est une ancienne carrière, exploitée dès le XVIe siècle, située à Oulches-La-Vallée-Foulon en bordure du Chemin des Dames. C’est un lieu stratégique durant la Grande Guerre. Les Allemands l’occupent dès 1915, et la transforment en une caserne défendue par de redoutables mitrailleuses (d’où la possible origine du nom de «Drachenhöhle», évoquant le feu meurtrier de ces armes).

La caverne est en partie occupée par l’armée française à partir de 1917. Une véritable vie de garnison s’y est développée durant toute la guerre : découvrez le quotidien des soldats de 14-18 lors de votre visite entre musée et galeries souterraines. La Caverne du Dragon a rouvert ses portes l’an dernier après une longue période de travaux, et la mise en place d’une  scénographie qui fait la part belle aux nouvelles technologies.

Découvrez sur le site internet du Chemin des Dames toutes les informations concernant l’histoire de la Caverne du Dragon, et tous les détails concernant votre visite.

 

Réouverture de la Caverne du Dragon


Les souterrains de Laon : plongée dans l’histoire et la préhistoire de la montagne couronnée 

C’est une infime partie des 77 hectares de galeries souterraines de la ville. 400 m de galeries sont ouverts au public depuis avril 2019 : la visite, avec vidéo et effets sonores, vous immerge dans le passé, remontant jusqu’à l’époque gauloise et même au-delà.

Le contexte sanitaire oblige l’office du tourisme à réduire les capacités d’accueil : trois créneaux horaires ouverts avec neuf personnes maximum. Et réservation uniquement sur le site internet. Toutes les informations et tarifs de la visite « Secrets sous la ville » sont à retrouver sur le site de l’office du tourisme du Pays de Laon.

 

« Secrets sous la ville » : la vidéo officielle


Hors des sentiers battus : le patrimoine souterrain de Saint-Gobain

La célèbre Manufacture de Glaces de Saint-Gobain était construite sur les restes d’un château oublié ! Un château fort édifié il y a mille ans et probablement détruit lors de la guerre de Cent Ans (XIVe-XVe siècles).

Les galeries souterraines de ce château sont dégagées à partir des années 60. Depuis une vingtaine d’années, les membres de l’association d’étude et de mise en valeur du patrimoine souterrain de Saint-Gobain et de son château sont mobilisés pour continuer la mise au jour de la partie souterraine du château et des galeries d’extraction de pierre, et pour étudier et valoriser les lieux : ce sont désormais des celliers médiévaux, des galeries, des archères remarquables, un puit que vous pourrez découvrir.

Vous voulez visiter ? C’est par rendez-vous en téléphonant :

– à Denis Montagne, président de l’association du patrimoine souterrain de Saint-Gobain (APS), au 0615191268 ;

– auprès de l’association historique de Saint-Gobain et de son président, Vincent Dering, au 0679724717.

L’association historique, contrairement à l’APS, ne fait visiter que la partie souterraine du château : vous n’aurez pas accés aux anciennes galeries d’extraction. En revanche, vous pourrez visiter en complément un bâtiment de l’ancienne Manufacture des Glaces, en cours de restauration.

 

La Carrière du Bienheureux : carrière et champignonnière 

On reste à Saint-Gobain avec la champignonnière d’Isabelle Ferreira et Christian Richir qui ouvrent au public les portes de leur exploitation dans des carrières souterraines du village. Toutes les informations, tarifs et conditions sur le site de la Carrière du Bienheureux ainsi que sur la page Facebook dédiée.


Une idée insolite ? Margival, le quartier général allemand d’Hitler et ses bunkers 

Les ouvrages militaires de la Seconde Guerre mondiale ne doivent pas être oubliés car ils sont en partie souterrains. Découvrez cet ensemble méconnu situé à Margival, un poste de commandement qui a compté 475 bunkers construits sur 90 km² entre 1941 et 1944, un quartier général où Hitler ne s’est rendu qu’une seule fois, après le débarquement de juin 44.

L’association de sauvegarde du W2 propose des visites dans plusieurs bunkers restaurés et reconstitués. Les prochaines dates : ce week-end des 25 et 26 juillet. Tous les détails sont à lire sur le site de l’Association de sauvegarde du W2. En raison des précautions sanitaires indispensables, les réservations sont obligatoires et ne se font que par SMS au 0603712230.

 

Margival, le quartier général allemand méconnu d’Hitler


Les balades : les villages troglodytiques et les villages de Paissy et Mons-en-Laonnois

  • La randonnée « Les villages troglodytiques » : 15,5 km à pied ou une vingtaine de km en VTT au sud du Chemin des Dames, à la découverte de la vallée de l’Aisne, du patrimoine local, des sites de la Grande Guerre et du village troglodyte de Paissy. Retrouver ici les détails du parcours pédestre et du parcours VTT ;
  • Le village troglodyte de Paissy : une promenade en famille entre cascade, maisons troglodytes, et demeure du philosophe Alain. Le site d’un gîte privé du Chemin des Dames vous propose une page avec description du village de Paissy ;
  • « Le panorama des creuttes » à Mons-en-Laonnois : une promenade de moins de 2 km dans ce village à quelques kilomètres au sud-ouest de Laon, et qui vous permet de découvrir quelques creutes et de bénéficier d’un point de vue remarquable sur le village. Une promenade à découvrir sur la fiche dédiée de l’Office du Tourisme de Laon.

Il vous faudra en revanche attendre pour visiter d’autres lieux remarquables de l’Aisne :
  • Les souterrains de Saint-Quentin : cette plongée dans l’histoire de la ville, possible jusqu’alors grâce à l’association Quintinus et à l’office du tourisme, est interrompue pour cause de Covid-19. Tous les lieux clos de la ville ne sont plus proposés à la visite (il en est de même pour les hauteurs de la basilique). Reprise éventuelle en septembre. Il faudra téléphoner au 0323670500 ;
  • Les carrières de Confécourt : ces anciennes carrières d’extraction de pierre, utilisées depuis le Moyen-Âge, transformées en champignonnières au XIXe, ont servi de refuge aux soldats de la Grande Guerre et sont restées un lieu de mémoire. L’endroit attire des milliers de visiteurs chaque année. Mais ces carrières sont actuellement fermées au public en raison d’une mise en normes de sécurité du parcours de visite.



Source link

A lire aussi

Tony Laguilliez, 18 ans, vit dans une résidence séniors à Saint-Quentin

adrien

Nancy : Sadiatou, un livre aux couleurs de l’Afrique, illustré par Karine Maincent

adrien

« quand il n’y a pas la foule, les chevaux le ressentent »

adrien

dans l’Aisne, la pénurie de vétérinaires ruraux inquiète les éleveurs

adrien

19 – Belgique : à Anvers, il est désormais obligatoire d’avoir « un masque sur soi »

adrien

En Baie de Somme, les premiers visiteurs profitent de la réouverture du parc de Marquenterre après 4 mois de fermeture

adrien