weighexperts.com
Image default

« il faut absolument que les diabétiques soient bien suivis », souligne le professeur Philippe Froguel



Les Hauts-de-France est la région la plus touchée par le diabète. Une pathologie qui augmente le risque de développer une forme grave de la Covid-19. A l’occasion de la jounée mondiale du diabète, Philippe Froguel, le directeur de l’Institut européen de génomique du diabète fait le point. 

Philippe Froguel est professeur au CHU de Lille et à l’Imperial College de Londres. Il dirige l’EGID, un institut de recherche installé à Lille, qui est à la pointe de la recherche sur le diabète.

Il rappelle qu’un diabète mal contrôlé fait courir un risque important de complication en cas de contamination à la Covid-19. Une problématique très importante dans les Hauts-de-France, région la plus touchée par le diabète.  

Près d’un an s’est écoulé depuis l’apparition de la Covid-19, que sait-on des liens entre Covid et diabète ? 

Philippe Froguel : « On sait aujourd’hui qu’il y a trois facteurs de risques : le fait d’être un homme, l’âge et l’obésité. Ce que l’on peut dire c’est que l’obésité couplée à un diabète mal contrôlé fait courir un risque important en cas de contamination à la Covid-19.

On se rend compte que parmi les patients en réanimation beaucoup présentent une glycémie instable. C’est notamment le cas pour les moins de 65 ans. La plupart d’entre eux sont obèses et diabétiques. »

 

1 million de Français ne savent pas qu’ils sont diabétiques. Ils présentent donc des risques très importants.

Philippe Froguel

C’est une problématique particulièrement importante dans le Nord, qui est la région de France la plus touchée par le diabète…

Philippe Froguel : « Tout à fait. Il y a 7% de diabétiques dans le Nord, contre 4% en moyenne dans le Sud. Il y a de nombreuses causes à cela, comme la mauvaise nutrition ou l’inactivité physique. Il faut aussi ajouter que beaucoup de gens ne savent pas qu’ils sont diabétiques. 

On estime qu’il y a en France 1 million ou 1 million et demi de personnes dans ce cas. Beaucoup de gens sont très mal soignés et ils présentent donc des risques très importants de complication. »

Concrètement, pourquoi ces complications chez les diabétiques ? 

Philippe Froguel : « Ce sont des patients qui présentent souvent des anomalies d’immunité. Leur organisme aura moins de réponses immunitaires et ils se débarrasseront moins facilement des virus. A l’inverse, il peut arriver aussi qu’ils subissent des chocs inflammatoires. »

Que faut-il conseiller aux personnes diabétiques pour limiter les risques

Philippe Froguel : « Quand on est diabétique, il faut vraiment faire très attention et respecter rigoureusement le confinement. Néanmoins, cela peut avoir des effets néfastes. On voit des patients qui ne vont pas voir leur médecin ou qui ne vont pas contrôler leur glycémie à l’hôpital. Il faut absolument faire contrôler son état de santé. »

L’EGID (Institut européen de génomique du diabète) organise ce samedi 14 novembre une conférence à distance pour présenter le résultat de ses dernières recherches. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets





Source link

A lire aussi

Brian Ochoiski aux championnats du monde de snooker

adrien

« il n’y a pas d’études qui sont réellement faites » sur leur dangerosité estiment des professionnels

adrien

beaucoup de questions pour les psychologues sur l’application du forfait psy

adrien

dans le Nord et le Pas-de-Calais, les résistants de la première heure

adrien

INFOGRAPHIES – Coronavirus : 4.986 morts du covid19, 2.932 patients hospitalisés et 253 en réanimation dans le Grand Est

adrien

Télé 8, la chaîne de l’hôpital d’enfants du CHRU, fête ses 30 ans

adrien