weighexperts.com
Image default

En Belgique aussi, “ras-le-bol” policier face aux accusations de violences et de racisme

Notez cet article


Plusieurs centaines de policiers ont manifesté ce vendredi à Bruxelles pour exprimer leur “ras-le-bol” face aux accusations de comportements violents et de racisme qui, selon eux, se sont multipliées à leur encontre depuis l’affaire George Floyd aux Etats-Unis.

 

Symboliquement, les policiers, la plupart en civil, ont jeté leurs menottes au sol face à eux, après s’être alignés pour former une haie d’honneur face au Palais de justice. Un geste imité lors d’une manifestation similaire à Liège, à l’appel d’un collectif formé sur Facebook, baptisé “Police Unifying Movement” et indépendant des syndicats.

A Liège comme à Bruxelles les manifestants étaient environ 300, selon des décomptes des zones de police locales. La Belgique compte environ 50 000 policiers.

Le chef de la police de Liège, Christian Beaupère, s’est montré solidaire du mouvement, parlant d’un “signal d’alarme” pour sensibiliser l’opinion aux “difficultés” actuelles du métier.

De jour comme de nuit, les policiers doivent subir des injures, des crachats, des appels à la rébellion, ça a très très fortement augmenté depuis le décès de George Floyd“, a-t-il affirmé sur la RTBF. “Il faut que ça s’arrête, il faut qu’on retrouve la confiance de la population, en tout cas de ceux qui font des amalgames“, a ajouté M. Beaupère.

A Bruxelles, la manifestation s’est tenue dans un climat hostile aux médias, accusés de “police bashing” en “généralisant” certains comportements répréhensibles. “Non la police belge n’est pas la police américaine, il faut arrêter de généraliser, la majorité des policiers font très bien leur travail. L’affaire Floyd c’est scandaleux mais c’est le fait d’une minorité“, a insisté l’inspecteur Vincent De Clercq, un des rares manifestants acceptant de s’adresser à la presse.

Une paire de menottes jetée au sol lors d'une manifestations de policiers ce vendredi, place Poelaert, à Bruxelles, devant le palais de justice.

Une paire de menottes jetée au sol lors d’une manifestations de policiers ce vendredi, place Poelaert, à Bruxelles, devant le palais de justice.

© Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

La mort de l’Afro-américain George Floyd, étouffé fin mai sous le genou d’un policier blanc aux Etats-Unis, a déclenché une vague mondiale de manifestations antiracistes, ciblant parfois le passé colonial comme en Belgique ou en Angleterre notamment.

 Le 7 juin, quelque 10 000 personnes s’étaient rassemblées à Bruxelles sous le mot d’ordre “Black Lives Matter”. Des incidents avaient éclaté en fin de journée dans un quartier proche du rassemblement, opposant des casseurs à des policiers.

   



Source link

A lire aussi

comment les départements se préparent à la grande migration des batraciens

adrien

Amazon : le site de Boves reprend “progressivement” son activité le 19 mai sur la base du volontariat

adrien

“J’étais dans une sorte de tourbillon”

adrien

Trois raisons de plonger dans le quotidien d’une salle de consommation de drogue avec le documentaire “À moindre risque”

adrien

Brigitte Fouré réélue maire d’Amiens lors d’un premier conseil municipal animé

adrien

À Abbeville, un immeuble voué à la démolition accueille pour quelques mois un musée éphémère d’art urbain

adrien