weighexperts.com
Image default

“Deux pitchouns dans l’enfer de Verdun”, des bulles dans la Grande Guerre

Notez cet article


 “Deux Pitchouns dans l’enfer de Verdun” (Orep Editions), ou la guerre de 14-18 vécue par deux jeunes gens pas encore tout à fait sortis de l’adolescence dans une BD publiée il y a quelques jours, signée du dessinateur lorrain Hector et du journaliste et scénariste Marc-Antoine de Roubaix.

Gaspard et Jean sont des amis d’enfance, originaires d’un village de Provence ; l’un souhaite devenir facteur comme son père, l’autre, fils du maire du village, est un athlète régional. La guerre déclarée, ils ne peuvent éviter la mobilisation pour défendre la France, et sont envoyés sur le front de Verdun. Voilà pour le début de l’histoire. Pour “Deux pitchouns dans l’enfer de Verdun”, Hector a abandonné son trait habituel que l’on trouve dans d’autres de ses ouvrages comme “les nouvelles z’aventures d’Oscar et Mauricette”. Même si les deux jeunes apprentis enquêteurs sont aussi allés à Verdun. “J’ai opté pour un style plus proche de mon dessin de presse, plus lâché, plus relevé et moins cartoons. Nous avons choisi le noir et blanc et un papier un peu journal pour être en cohérence avec l’époque.”


© Orep Éditions

L’histoire, c’est mon dada.

Hector, dessinateur

Le dessinateur Hector a une passion pour l’Histoire. Souvent, il se rend sur place, comme au Fort de Douaumont dans la Meuse. Il prend des photos. Il se laisse envahir par l’atmosphère des lieux. Il cherche le petit détail qui aura un sens pour son dessin. “L’histoire, c’est mon dada. 14-18 est un tournant dans la guerre. On passe à la guerre moderne et cruelle avec l’arrivée des chars et une artillerie de plus en plus puissante. Notre région était en première ligne pour contrer l’avancée allemande. Il est naturel pour moi, issu de l’Est de la France, de m’y intéresser et de transmettre notre passé à travers mes dessins”.

Ce sont ces images brutales qui restent ancrées pendant l’écriture du scénario.

Marc-Antoine de Roubaix, scénariste


Avec Marc-Antoine de Roubaix, il a trouvé un nouveau complice sur ce terrain. Lui aussi est un grand passionné de l’Histoire. “Avant d’écrire, j’ai souhaité visiter une tranchée (Chattancourt) pour m’imprégner de l’environnement. Il était important pour moi de savoir comment on vivait dans une tranchée, connaître les conditions de survie de ces soldats, quels étaient les différents rôles attribués à chacun. On ressent cette épreuve qu’ils ont dû surmonter pour défendre notre pays. Ce sont ces images brutales qui restent ancrées pendant l’écriture du scénario “.


© Orep Éditions

La guerre leur fait peur, ils plongent dans l’enfer des tranchées

Marc-Antoine de Roubaix, scénariste

Dans “Deux Pitchouns dans l’enfer de Verdun”, rien n’est laissé au hasard. De la petite phrase sur la place des femmes pour remplacer au travail les hommes partis à la guerre à l’horreur de la vie dans les tranchées en passant par le “pantalon rouge” qui faisait des soldats qui le portaient des cibles trop visibles pour l’ennemi. L’ouvrage s’adresse aux plus jeunes comme aux plus âgés des lecteurs. Un peu d’humour est distillé au fil de l’histoire sans pour autant épargner la dure réalité de l’époque. Pour Marc-Antoine de Roubaix : “L’ordre de mobilisation générale des armées est terrifiant pour toute personne, hommes et femmes. Elle est synonyme de guerre évidemment, de séparation, mais également d’une rupture définitive avec la vie d’avant. Ces deux jeunes qui n’ont jamais quitté leur région natale, quelque part, savent qu’ils ne retrouveront jamais le confort de vie qu’ils ont connu. La guerre leur fait peur. Ils plongent dans l’enfer des tranchées. Ils ont un réflexe de survie, c’est de fuir à tout prix même si malgré tout, ils sont rattrapés par celle-ci.” Hector complète : “On voulait montrer aux lecteurs que chaque village perdait des enfants. Cette guerre n’épargnait personne “.

Les deux comparses, auteur et dessinateur, ont travaillé pendant le confinement. Même si pour eux cela n’était pas très différent de leur façon habituelle de travailler. “On avançait en parallèle, je recevais chaque jour l’avancée du scénario et je dessinais dès réception” nous raconte Hector toujours prêt à jouer du crayon. 


© Orep Éditions

Nous ne dévoilerons pas la fin de l’histoire. Mais il se murmure qu’un Tome 2 est en route. Il faut dire que dès sa sortie, l’ouvrage, que l’on peut trouver en librairie et sur les lieux de mémoire de la Grande Guerre à Verdun, a connu un beau succès. 


 


 

 



Source link

A lire aussi

Jean-Luc Dubaele (DVD) largement en tête des quadrangulaires

adrien

Moselle : la réouverture très attendue du zoo d’Amnéville et du parc animalier de Sainte-Croix

adrien

les associations, en première ligne pour lutter contre la précarité menstruelle

adrien

La maman de Mia mise en examen pour “enlèvement de mineur en bande organisée” et “soustraction de mineur par ascendant”

adrien

Connaissez-vous les huîtres de Oye-Plage ? L’expérience menée depuis 18 mois est loin d’être une coquille vide

adrien

Jacques Legendre, ex député-maire de Cambrai, loue un “grand président”

adrien