weighexperts.com
Image default

des paravents made in Vosges


Une entreprise de Liffol-le-Grand, spécialisée dans les meubles haut-de-gamme, s’essaie à la fabrication de paravents. Une manière d’accompagner les restaurateurs qui vont rouvrir le 19 mai et de se renouveler dans un contexte économique compliqué.

A l’occasion de la réouverture des terrasses des restaurants le 19 mai 2021, l’entreprise vosgienne Henryot et cie, manufacture de sièges installée à Liffol-le-Grand depuis 1867, a imaginé un nouveau produit pour ses clients, essentiellement des restaurants et hôtels haut-de-gamme.

Les équipes ont conçu un paravent, à l’apparence simple mais efficace : un mât en bois, et une plaque en plexiglass produit localement. « On a regardé ce qui se faisait un peu partout dans le monde, on a vu des choses affreuses, et on s’est dit : on peut faire mieux« , raconte le directeur d’Henryot et cie, Dominique Roitel.

Savoir-faire locaux

Le directeur étant passionné de bateaux, le produit final prend l’apparence d’une voile accrochée à un mât. « On a échangé beaucoup de croquis avec Dominique Roitel, explique Thierry Leblanc, le prototypiste. Au début, la voile était carrée, mais on s’est rendu compte que l’arrondi était plus harmonieux, plus poétique. »

Au-delà de l’aspect esthétique, il faut également répondre aux contraintes de la restauration. Le paravent doit être pratique et facile d’entretien. « Le paravent ne doit pas être trop haut pour éviter de cloisonner, il ne doit pas être trop large pour que les personnels de salle puissent faire un service correct ; c’est difficile de passer les assiettes par-dessus l’épaule des convives« , résume Thierry Leblanc.

Henryot et cie est spécialisé dans la fabrication de sièges haut-de-gamme depuis 1867.

© Grégory Boileau. France Télévisions.

Le paravent met à l’honneur les métiers traditionnels des compagnons de l’entreprise, à commencer par le tourneur sur bois, qui confectionne le mât. 

S’adapter en temps de crise

Henryot et cie ne s’attend pas à révolutionner le monde de la restauration avec ce produit, ni à le produire en quantité.

« L’idée, c’est d’accompagner nos partenaires, leur dire que nous sommes là, prêts à les aider« , assure Thierry Leblanc. En période de crise, il était important pour la PME vosgienne de ne pas trop se renfermer. Grâce à un prêt garanti par l’Etat (PGE), l’entreprise a pu penser sereinement à l’avenir.

« L’adaptation, c’est le propre de la PME, notamment en temps de crise, analyse Dominique Roitel. Et Henryot et cie en a vu d’autres !« 

Depuis 1867, l’entreprise a connu trois guerres, le krach boursier de 1929 ou encore les chocs pétroliers des années 1970.

Parmi ses clients, Henryot et cie compte de nombreux restaurants et hôtels de luxe, mais ses sièges sont également présents au Sénat ou à l’Opéra Garnier.

 



Source link

A lire aussi

la deuxième plus grosse centrale photovoltaïque de France bientôt en service à Marville

adrien

Boris Johnson s’en prend aux traversées illégales « stupides » de la Manche

adrien

une large campagne de dépistage lancée dans le Nord, voici la liste des 72 communes concernées

adrien

« On est contraint à la grève ». L’inquiétude des enseignants picards face au protocole sanitaire renforcé

adrien

les étudiants de l’université d’Amiens durement touchés

adrien

privées de public, les salles de musiques actuelles se réinventent pour maintenir leur activité

adrien