weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

déçus, les supporters tentent de maintenir un semblant d’ambiance

Notez cet article



Match à huis-clos ce dimanche soir, interdiction de circuler autour du stade Pierre-Mauroy à partir de 14h30, couvre-feu… Un coup dur pour les supporters du RC Lens et de LOSC, qui ont l’habitude de faire vibrer les tribunes. Mais l’ambiance reste vive, bien que teintée d’une certaine morosité.

Les banderoles sur les autoroutes et l’intrusion de supporters lensois au domaine de Luchin la semaine dernière ont donné le top départ d’une semaine de chambrage entre le RC Lens et le LOSC.

Et malgré les restrictions successives – jauge de spectateurs abaissée à 1000 personnes, huis-clos, couvre feu à Lille et interdiction de se rassembler autour du stade à 14h30 – le soutien des supporters n’a pas faibli. L’ambiance, de son côté, en a pris un coup. 

Les supporters du LOSC se sont donnés rendez-vous cet après-midi sur la Grand-Place de Lille pour manifester leur soutien mais aussi leur déception quant à leur absence des gradins ce soir. Quelques légers heurts ont été relevés, mais sans plus. 

 

Une ambiance générale assez morose

La majorité des clubs de supporters des deux camps ont vu leurs événements annulés et ont décidé de regarder le match de leur côté, ou en petit comité. “Le gros plaisir du derby, ce sont les supporters, explique François Stock, président des Dogues du Net, club de supporters du LOSC. C’est ça qui donne l’électricité au stade. Là, on coupe les compteurs.
 

Le gros plaisir du derby, ce sont les supporters. C’est ça qui donne l’électricité au stade. Là, on coupe les compteurs.

François Stock, président des Dogues du Net

Ce derby, ils étaient nombreux à l’attendre depuis cinq ans. Et la déception de ne pas pouvoir y assister dans le stade s’est fait sentir. “On est dégouté de ne pas y assister, déplore Jeff, président de Wolf 17, club de supporters du RC Lens. On l’attend depuis pas mal d’années.” Une déception partagée par Damien Février, président de la section des Dogues Pompons, club de supporters du LOSC “C’est très frustrant, on s’était fait plein de projets. Et avec l’arrêté du préfet en plus, tout s’écroule comme un château de cartes.” 

A cette déception s’ajoute un goût amer, celui d’un match qu’on ne peut pas savourer sur place. “Chacun vit le derby de manière différente, raconte Gaëtan Wichlacz, président de Sang & Nord. En ce qui me concerne, j’ai l’impression d’assister à un match normal, ce qui est dommageable.

La peine est double pour Q’rcylens Sud-Ouest, club de supporters de Lens situé… à 700 km de la ville, dans le Lot, qui attendait également la tenue du match pour monter au stade Pierre-Mauroy et rejoindre les fans des quatre coins du pays. “C’est un match particulier, on attendait de pouvoir monter et de revivre ce derby en Ligue 1, explique Thierry Baudry, président. On est triste de ne pas pouvoir le faire.

 

C’est un match particulier, on attendait de pouvoir monter et de revivre ce derby en Ligue 1. On est triste de ne pas pouvoir le faire.

Thierry Baudry

Le match pourra être visionné à la télévision, et parfois en petit comité de supporters, six tout au plus en suivant les consignes sanitaires, mais il manquera les ingrédients essentiels : des chants, des slogans et beaucoup d’encouragement.

Des supporters de Lens se sont toutefois retrouvés cet après-midi pour exprimer leur soutien à l’équipe, une dernière fois, à quelques heures du match. 

 

 

Une motivation et un soutien indéfectible des deux côtés 

Le traditionnel chambrage entre les deux équipes, lui, a pu avoir lieu sans grand problème. François Stock regrette toutefois qu’il y ait “moins de tension que les autres années“, même s’il reconnaît avoir ressenti “une montée en puissance cette semaine, notamment avec les querelles de banderoles.” En effet, ces derniers jours, les deux camps n’y sont pas allés de main morte pour montrer leur soutien à leur équipe.

Et même si l’ambiance du derby n’est pas autant au rendez-vous que les années précédentes, la motivation et le soutien, eux, le sont des deux côtés. “Le derby et l’équipe nous feront toujours vibrer, reconnaît Gaëtan Wichlacz. On sera toujours derrière ce club.

 

Le derby et l’équipe nous feront toujours vibrer. On sera toujours derrière ce club.

Gaëtan Wichlacz, président de Sang & Nord

A 700 km, dans le Lot, le RC Lens continuera aussi de rayonner malgré le huis-clos. “Même si on ne peut pas y assister, je serai habillé en Sang et Or toute la journée, raconte Thierry Baudry. J’aurai l’écharpe autour du coup. Car finalement, cette rivalité, on est heureux de la retrouver.” 

Avec les contraites sanitaires, le soutien envers les équipes passe désormais davantage sur les réseaux sociaux, où les supporters peuvent échanger et discuter à propos du match. “Tout se passe sur les réseaux. On publie les décorations de maison, les tenues, les chants, les dessins“, énumère Damien Février des Dogues Pompons. “On est sur un groupe Messenger où on a cet enthousiasme pour parler du match“, ajoute Thierry Baudry. 

C’est un match à l’atmosphère assez lourde qui s’apprête à se jouer ce soir. Sans supporters dans les gradins, il n’aura certainement pas le même impact. “Mais on est motivé à montrer notre soutien coûte que coûte, quoi qu’il arrive, conclut Jeff, président de Wolf 17, supporters du RC Lens. Que le meilleur gagne !





Source link

Related posts

Un été en Picardie : Promenons-nous dans les bois!

adrien

les étudiants étrangers grands absents de la rentrée de l’université de Picardie

adrien

prévisions pour ce dimanche 26 juillet (et le début de semaine)

adrien