weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

Déconfinement : faut-il autoriser les résidents secondaires à aller au-delà de 100 km ? Des députés LREM disent oui

Notez cet article


C’est un courrier passé quasiment inaperçu. 7 députés de la majorité, dont la députée MODEM du Pas-de-Calais Marguerite Deprez-Audebert, ont co-signé une lettre à l’attention du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour demander un assouplissement de la règle des 100 km.

Pour rappel, depuis le 11 mai, fini l’attestation de déplacement pour aller chercher sa baguette ou se balader : il est désormais possible de circuler dans son département ou dans un rayon de 100 kilomètres à vol d’oiseau autour de son domicile sans remplir de document. Pour dépasser la limite des 100 km, il faut remplir une attestation et cocher un motif bien précis : trajet entre le lieu de résidence et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, déplacement pour consultations et soins spécialisés ne pouvant être assurés à distance ou encore déplacement pour motifs impérieux…
 

“Bon sens d’aller dans sa résidence secondaire”

Ces députés proposent d’assouplir cette règle … pour les personnes ayant une résidence secondaire au-delà de 100km de leur domicile et souhaitant s’y rendre. “Certains de nos concitoyens ont la chance d’avoir une résidence secondaire dans une autre région de la France”, précise Christine Hennion, députée LREM des Hauts-de-Seine à l’initiative de ce courrier.

J’ai reçu beaucoup de demandes des personnes de ma circonscription, explique la députée. Des personnes qui sont restées confinées pendant 2 mois dans leur appartement, et qui m’ont fait cette demande de pouvoir rejoindre leur maison de campagne.” Un avis partagé par Marguerite Deprez-Audebert. “C’est du bon sens d’aller dans sa résidence secondaire plutôt que d’être en appartement en ville” avance-t-elle.
 

Le courrier signé par 7 députés et adressé au ministère de l'intérieur Christophe Castaner / © Capture d'écran twitter
Le courrier signé par 7 députés et adressé au ministère de l’intérieur Christophe Castaner / © Capture d’écran twitter

La demande se veut progressive. “Je vous soumets l’idée d’autoriser ce type de déplacements à partir du 2 juin” explique la députée à l’initiative du courrier. “Le Premier Ministre a dit que les français pourraient partir en vacances dès juillet, j’ai fait ce courrier dans une idée de progressivité du déconfinement.”
 

Relance économique

Les députés signataires avancent un second objectif : favoriser la relance économique des secteurs touristiques. “Le tourisme a été le secteur le plus impacté par la crise du Covid-19” explique Marguerite Deprez-Audebert. “Cela permet d’amener des ressources économiques dans des régions qui ont besoin de ces résidences secondaires pour avoir des revenus” poursuit Christine Hennion.

Les députés de la majorité comptent ainsi sur les propriétaires de résidences secondaires pour relancer l’activité économique dans des zones touristiques frappées de plein fouet par la crise sanitaire.
 

Polémique

Ce courrier, partagé dans un premier temps par Christine Hennion sur les réseaux sociaux, a depuis été supprimé. Impossible d’en connaitre les raisons officielles. Plusieurs internautes se sont interrogés sur cette demande qui s’adresse selon eux à un public aisé, allant même jusqu’à qualifier cette démarche de clientélisme électoral. “Il y a une incompréhensions la-dessus explique la députée des Hauts-de-Seine, chacun peut vivre comme il l’entend. On ouvre aussi les plages aux personnes qui sont à 100 km du littoral, il s’agit de sortir du confinement.”
 

Marguerite Deprez-Audebert nuance. “J’entends ce débat. Les gens qui sont en appartement ont envie d’être dehors. Autant qu’il y ait un peu moins de monde aux Invalides (NDLR : faisant référence aux attroupements sur les jardins des Invalides à Paris) et que les gens se déportent dans les campagnes. En principe, dans une résidence secondaire, on a plus d’espace que dans sa résidence principale.” 

Avant de poursuivre. “J’ai bien conscience que quand on a la chance d’avoir une résidence secondaire, ça applique aussi des devoirs. Il faut l’entretenir. Ce sont des contribuables comme les autres.”
 

D’après le commissariat général du développement durable, “les cadres prisent tout particulièrement les résidences secondaires, dont ils constituent près de la moitié des possesseurs.

Les résidences secondaires sont de tout ordre (…) quelques fois c’est un mobil’home” avance Christine Herrion, députée des Hauts-de-Seine. “C’est dommage qu’il y ait toute cette polémique” conclut la députée du Pas-de-Calais, qui ne pensait pas que cette lettre serait diffusée sur les réseaux sociaux.

De son côté, le ministre de l’Intérieur n’a pas encore répondu.
 





Source link

Related posts

Coronavirus : les professionnels de la petite enfance se sentent oubliés

adrien

Déconfinement : la plage de Calais sous la surveillance de chevaux de traits boulonnais

adrien

Les courses hippiques reprennent en mode confiné dans l’Oise et la Somme

adrien