weighexperts.com
Image default

Dans la Somme, Evonik Rexim produit des acides aminés indispensables au vaccin contre le Covid-19



À Ham, dans la Somme, l’usine Evonik Rexim tourne 24h/24 et 7j/7 depuis plusieurs semaines : elle produit des acides aminés, des molécules essentielles à la fabrication de vaccins par les laboratoires pharmaceutiques, comme celui contre la Covid-19.

C’est l’un des fleurons de l’industrie pharmaceutique. Evonik est une société internationale au chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros. Avec la crise sanitaire, son site de Ham dans la Somme, Evonik Rexim, tourne à plein régime : c’est dans cette entreprise picarde de 200 salariés que sont produits les acides aminés indispensables à l’élaboration du vaccin contre la Covid-19.


Mais c’est quoi, un acide aminé ? Et à quoi ça sert ?

D’un liquide noirâtre à des cristaux blancs

Casque de chantier sur la tête et vêtue d’une blouse blanche, Muriel Windholtz s’arrête près de plusieurs grosses cuves cylindriques en métal, branchées de tous un tas de tuyaux métalliques. Dans la salle, le bruit assourdissant oblige la responsable des opérations d’Evonik Rexim à nous faire répéter notre question.

« On part d’une matière première végétale qu’on va purifier selon différentes étapes, explique-t-elle en élevant la voix. On part d’une solution liquide noire pour arriver à une solution limpide. Elle va être introduite dans des réacteurs pour qu’on extraie les acides aminés sous forme de cristaux. On va ensuite les sécher sur des sécheurs ».

Un technicien, lui aussi coiffé d’un casque de chantier et vêtu d’une tenue de travail blanche, vérifie régulièrement la production en prélevant de la poudre blanche dans les cuves. Cette poudre blanche, ce sont les fameux acides aminés.

« Il y a des règles très strictes à respecter, détaille Muriel Windholtz. On doit s’assurer tout au long du process que la concentration de ces acides aminés se passe bien et qu’ils adoptent la bonne forme, celle qui sera satisfaisante pour nos clients et pour l’utilisation qui en sera faite. Car il va y avoir des utilisations très précises dans les médicaments notamment. Donc on se doit d’être très bons dans la qualité de nos produits ».

La composante des gènes

Purifier de la matière végétale pour en extraire les acides aminés peut durer deux semaines et mobilise 123 des 220 salariés de l’entreprise de Ham. Une fois sous forme de cristaux, les acides aminés sont conditionnés d’abord dans un sac puis dans des fûts scellés avant d’être distribués dans le monde entier. Car les acides aminés sont essentiels à l’industrie pharmaceutique, notamment au développement des vaccins comme celui contre la Covid-19.

« Les acides aminés peuvent être utilisés dans différentes applications notamment la culture cellulaire, précise Youenig Moreau, responsable logistique d’Evonik Rexim. La culture cellulaire, c’est les milieux de culture dans différents laboratoires qui ont besoin de constituants pour nourrir les cellules. Ça peut être dans le développement de différents médicaments, dans le développement d’anticorps, dans le développement de vaccins. Les acides aminés vont permettre de développer les différentes cellules qui vont être utilisées pour créer un vaccin ». Pour concevoir un traitement contre un virus, il faut pouvoir « lire » les gènes de ce virus. Des gènes qui sont composés de protéines, elles-mêmes composées d’acides aminés. 

Avec la crise sanitaire et la course aux vaccins anti Covid-19, les machines du site de Ham tournent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Nous n’en saurons pas plus : le groupe ne nous révèlera pas les quantités produites ni même sur la marque du vaccin pour lequel l’usine picarde travaille.



Source link

A lire aussi

VIDÉO. À Gravelines, le club de canicross se prépare à accueillir le premier trophée régional

adrien

la Picardie se mobilise contre le cancer du sein

adrien

Des portes ouvertes libératrices sur l’aérodrome de Buhl-Lorraine à Sarrebourg

adrien

1940, la bataille de France au jour le jour : 26 mai, Calais en ruine, l’Opération Dynamo lancée à Dunkerque

adrien

« Vieillir chez soi » : trois raisons de regarder le documentaire de Johann Michalczak et Virginie Saclier

adrien

la frontière luxembourgeoise sous surveillance pour le début des vacances scolaires

adrien