weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

Crise sanitaire – A Assevillers dans la Somme, l’aire d’autoroute craint que les automobilistes ne s’arrêtent plus

Notez cet article



Les départs en vacances approchent. Sur les aires d’autoroute, on se prépare à accueillir les automobilistes avec la crainte que les mesures sanitaires imposées ne fassent fuir les clients.

Si le virus n’a pas posé de congés cet été, vous, vous allez peut être prendre la route des vacances. Et le passage obligé de nombreux vacanciers, ce sont les aires d’autoroute. Des endroits où beaucoup de monde circule. Pas question donc de passer à travers les mesures sanitaires. Vous y trouverez donc du gel, des masques et de la distance.

Un petit tour et puis s’en va

Benoit Delattre est le directeur d’exploitation de l’aire Cœur des Hauts-de-France Ouest à Assevillers sur l’A1 dans la Somme. C’est l’une des plus importantes de la région.
 
Il a constaté un changement dans les habitudes des clients il y a déjà plusieurs mois : “les 15 jours avant le confinement, on a commencé à remarquer une attitude chez les gens, raconte-t-il. Ils faisaient juste un arrêt très court, allaient aux toilettes, et repartaient aussitôt. Ils prenaient éventuellement un café aux distributeurs automatiques mais pas chez nous et repartaient aussitôt”

Sur une aire d’autoroute, on vient faire le plein d’essence et de victuailles. Mais les habitudes ont changé déjà. Le “à emporter” devient une norme. Les pauses se font à la va-vite. Ce que confirme ce vendeur derrière son masque et son étal : “les clients prennent le stricte minimum. Ils achètent juste le repas. Ils flânent moins. C’est ce que je remarque, ils prennent moins le temps pour aller sans doute un peu plus vite”. “Ça ne nous empêche pas de déjeuner mais on bouge moins, reconnaît une cliente. Nettement moins”.

Le point névralgique d’une aire, ce sont ses toilettes. Elles paraissent toujours propres et pour cause. Catherine, femme de ménage, consacre toute sa journée à les nettoyer sans relâche : “il y a toujours du boulot les toilettes, explique-t-elle, charlotte sur la tête. Mais depuis le mois de mars, je les nettoie beaucoup plus avant. C’est incroyable.”

Une activité réduite de moitié

D’ordinaire, durant les congés estivaux, jusqu’à 7000 personnes transitent par l’aire d’Assevillers en une journée. Cet été, commerçants et direction espèrent en attirer au moins la moitié. “On s’attend par rapport à une année normale à une activité moindre. On constate une reprise mais très lente. On a beaucoup d’étrangers. Donc on attend de voir s’ils consomment et comment ils vont consommer. Est-ce que s’il y a du monde ça va faire peur aux gens ? s’interroge Benoit Delattre. On s’est préparés à différents scénarios pour pouvoir servir au mieux les gens et surtout les rassurer pour qu’ils n’aient pas de crainte à consommer. On l’a fait dans les mesures liées à l’hygiène qu’on a renforcées notamment dans les fréquences. On a aussi adapté nos offres dans les cafeterias par exemple pour que les gens qui ne veulent pas déjeuner dans une salle pleine de monde puissent avoir un repas à emporter”

Faire venir les voyageurs et les garder n’est pas seulement un enjeu commercial pour les aires d’autoroute. Faire le choix de ne pas s’arrêter ou de rester quelques minutes pose la question de la sécurité : la fameuse pause qu’il est conseillé de faire toutes les deux heures n’est plus une priorité. Et si les conducteurs la font, ils ne s’arrêtent pas assez longtemps pour récupérer au mieux.

 



Source link

Related posts

Déconfinement : Drive ou livres à emporter, des médiathèques picardes innovent pour répondre à la forte demande

adrien

Bousies : pour financer l’opération à Grenoble de sa fille atteinte d’une grave scoliose, une mère lance une cagnotte

adrien

les hippodromes picards “rongent leur frein”

adrien