weighexperts.com
Image default

Clémence Beretta, la meilleure marcheuse française privée du statut d’athlète de haut niveau



Bien que triple championne de France de marche athlétique, Clémence Beretta n’a pas pu conserver cet automne son statut d’athlète de haut niveau. La vie de la Vosgienne en a été totalement bouleversée, mais elle vise toujours les Jeux Olympiques de Paris 2024.

A 24 ans, Clémence Beretta est sans conteste la chef de file de la marche athlétique tricolore. En 2021, elle est devenue championne France du 3.000 mètres, mais surtout du 10 et du 20 kilomètres (la distance olympique). Malgré ces belles performances, venues compléter un palmarès déjà fourni dans les catégories jeunes, la Vosgienne a perdu cet automne son statut d’athlète de haut niveau.

« L’Agence nationale du sport (ANS) a décidé miser sur la très haute performance en vue des JO de Paris 2024 et les critères ont été revus pour favoriser les athlètes susceptibles de ramener des médailles, détaille la marcheuse. Selon ces nouvelles règles, je n’avais pas réalisé un chrono suffisamment bon sur vingt kilomètres avant l’été (NDLR: il fallait se classer parmi les 30 meilleures mondiales), j’ai donc perdu mon statut ».

Cette décision a eu un impact énorme sur la vie de Clémence Beretta. Finis les stages de préparation jusqu’alors pris en charge par la fédération. Finis aussi les remboursements des frais inhérents aux compétitions auxquelles elle participe. Mais surtout, la jeune assistante marketing a perdu la Convention d’insertion professionnelle (CIP), qui lui permettait de bénéficier d’un aménagement de son temps de travail.

« Jusqu’à présent, grâce à cette convention, je travaillais 17 heures 30 par semaine mais j’étais payée 35 heures. Mon employeur recevait une compensation de la part de la fédération. Cela me permettait de gagner ma vie tout en ayant de bonnes conditions d’entraînement, explique la Lorraine. En septembre, on m’a dit que je devais repasser à 35 heures, mais c’était incompatible avec mon projet sportif, j’ai donc démissionné ».

Retour dans les Vosges

Suite à cette rupture conventionnelle, Clémence Beretta a décidé de quitter Nancy où elle vivait depuis 2014, pour rentrer chez ses parents à Saint-Nabord (Vosges). Bien décidée à poursuivre son rêve de participer aux Jeux Olympiques, elle a choisi de monter son auto-entreprise dans le domaine de la communication et du marketing.

« Le fait de travailler en freelance depuis chez moi, cela me permet d’organiser mes journées comme je l’entends et de pouvoir continuer à m’entraîner correctement, raconte-t-elle. J’ai déjà quelques clients et c’est moi qui régule mes heures de travail ».

En parallèle, Clémence, passionnée de travail manuel et de lithothérapie, a monté un atelier de fabrication de bougies végétales. Des bougies bien-être qu’elle décore avec des pierres naturelles et qu’elle commercialise. « J’ai trouvé mon équilibre entre le côté très dur, très masculin de mes activités sportives et la douceur, la féminité des bougies », assure la jeune femme.

Côté sportif, 2021 a aussi été l’année des changements pour Clémence. L’été dernier, elle a choisi de quitter le Creps de Nancy ainsi que son entraîneur Eddy Rivat, avec qui elle travaillait depuis sept ans. Une collaboration qu’elle a ponctué en explosant le record de France du 10 kilomètres, qui tenait depuis plus de 2O ans, lors des championnats de France à Angers le 27 juin (vidéo ci-dessous).

Désormais, la Vosgienne est entraînée à distance par Gérard Lelièvre, une référence de la discipline (ancien champion et recordman du monde). Pierre, son papa, qui est président du club d’athlétisme de Remiremont, assure son suivi au quotidien. Dans le sous-sol chez ses parents, la marcheuse s’est aménagée une petite salle de musculation et de préparation physique. C’est l’enseigne sportive Decathlon à Epinal, qui lui a gracieusement fourni du matériel.

Malgré ce virage plutôt serré dans sa carrière et en attendant de voir comment les choses vont évoluer pour elle, Clémence Beretta vise toujours les JO de Paris en 2024. Avant cela, elle va chercher à se qualifier pour les prochains championnats du monde d’athlétisme (du 15 au 24 juillet à Eugène aux États-Unis), histoire de prouver qu’elle fait bien partie des meilleures marcheuses de la planète.



Source link

A lire aussi

la revanche de Jan Zumbach et des aviateurs polonais pendant la Bataille d’Angleterre

adrien

le calendrier 2020/2021 de la Ligue 2 pour les clubs des Hauts-de-France

adrien

Déconfinement – Les Grandes écuries du château de Chantilly accueillent à nouveau des visiteurs

adrien

À Amiens, la P’tite Rebelle crée un réseau d’entraide entre commerçants avec des shootings collaboratifs

adrien

le plus grand tube d’ultra-vide au monde, un outil de recherche pour l’avenir des nanomatériaux

adrien

quatorze travailleurs étrangers en première ligne pendant la crise sanitaire naturalisés

adrien