weighexperts.com
Image default

Ce que l’on sait sur la tentative de meurtre d’une femme par son mari après la conférence de presse du procureur

Notez cet article



Blessée à la tête et à l’abdomen de deux coups de feu à bout portant, elle est toujours, vendredi 04 juin, dans un état grave. Son mari, qui a ensuite retourné l’arme contre lui, est décédé jeudi soir. Le procureur de la République de Metz a précisé les faits lors d’une conférence de presse.

Christian Mercuri, le procureur de la République de Metz, a tenu, vendredi 04 juin 2021, un point presse relatif à la tentative d’homicide volontaire par conjoint qui s’est déroulée la veille en début d’après-midi. Les faits se sont déroulés en pleine rue, boulevard d’Alsace dans le quartier de Borny à Metz. Le procureur, accompagné du commissaire divisionnaire Michel Klein, directeur départemental de la sécurité publique est revenu sur les faits. 

Mehmet Karacan, 48 ans, l’auteur des faits, est décédé jeudi soir à l’hôpital. Il avait retourné contre lui l’arme à feu qu’il a utilisé pour titrer à deux reprises sur son épouse.

La colère d’Osez le féminisme

Eva Volatier et Catherine Stotzky, co-présidentes d’Osez le Féminisme 57 ont réagi par un communiqué à cette tentative de féminicide, dix jours après la mort à Hayange de Stéphanie Di Vincenzo.

Quand l’Etat prendra-t-il en compte le danger que vivent toutes les femmes en situation de violences conjugales ?

Communiqué d’Osez le Féminisme 57


Ça suffit, nous ne voulons plus compter nos mortes ! (…) Toutes nos pensées vont vers cette femme, qui lutte actuellement contre la mort qu’a voulu lui infliger son bourreau. Nous souhaitons de tout notre cœur qu’elle survive, qu’elle puisse retrouver ses trois enfants et enfin vivre en paix. Mais nous sommes en colère, de voir sans cesse se reproduire ce même scénario. Quand les hommes comprendront-ils qu’un mariage ou une relation amoureuse n’est pas un contrat qui donne le droit d’insulter, de frapper, de tuer, ni un asservissement qui transforme la femme en objet ? Comme tant d’autres victimes, cette femme a été agressée simplement parce qu’elle se séparait d’un homme qui la faisait souffrir. Quand l’Etat prendra-t-il en compte le danger que vivent toutes les femmes en situation de violences conjugales ? Comme tant d’autres victimes, cette femme avait signalé les violences qu’elle subissait, elle avait eu le courage d’aller porter plainte, plusieurs fois. Aucun féminicide n’arrive comme un coup de tonnerre dans un ciel serein : il est toujours précédé de violences, psychologiques, verbales et / ou physiques. Alors que ces violences sont des signaux d’alarme, leur prise en compte est toujours minimisée. La justice et la police interviennent alors trop tard. (…) Il n’est plus possible de poursuivre ainsi le macabre décompte de toutes les femmes tombées sous les coups de leur (ex) conjoint : il est temps d’agir, enfin.”

Osez le Féminisme 57 rappelle qu’après le meurtre d’Hayange, l’association avait demandé à rencontrer le Préfet de Moselle et elle réitère cette demande. , et notre demande se fait aujourd’hui d’autant plus pressante. Nous sommes en attente d’une date, que nous espérons prochaine, pour être reçues en audience.

 



Source link

A lire aussi

Vos prévisions météo pour ce mardi 25 août : plus doux

adrien

après de nombreux rebondissements l’activité reprend à la cristallerie

adrien

l’ambiance se radoucit sous un soleil plus présent au sud

adrien

soleil voilé et chaleur d’été

adrien

Mathieu Klein entre dans l’histoire, il fait basculer Nancy à gauche

adrien

une frontière sous haute surveillance qui ne dissuade pas les migrants

adrien