weighexperts.com
Image default
Hauts-de-France

association cherche jeunes bénévoles pour chantier écologique cet été

Notez cet article


Le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Meuse cherche 20 jeunes bénévoles pour participer à un chantier en faveur de l’environnement au mois d’août.

Le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Meuse (CPIE) est installé dans le petit village de Bonzée (Meuse). Au mois d’août 2020 il organise un chantier d’aménagements en faveur de la biodiversité et lance un appel à volontaires auprès de jeunes français ou étrangers.

Le profil des bénévoles

Avoir entre 18 et 25 ans, être français ou étranger et libre entre le 1er et le 16 août, c’est le profil des bénévoles attendus pour ce chantier estival.
Loïc Lambert est salarié du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Meuse, depuis trois ans il organise l’accueil de ces jeunes « habituellement nos bénévoles viennent du monde entier, cette année les premiers inscrits sont plutôt européens, c’est sans doute un effet de l’épidémie de Coronavirus ».
 

Pendant les chantiers les bénévoles se mettent aussi à l'eau pour sauver la biodiversité

Pendant les chantiers les bénévoles se mettent aussi à l’eau pour sauver la biodiversité

© CPIE

Bottes en caoutchouc et bonne humeur sont incontournables ici 

Loïc Lambert, Chargé d’Etudes Mission Nature et Biodiversité au CPIE

Pour ces jeunes, le chantier est l’occasion de s’immerger dans la campagne meusienne durant quinze jours. “Si certains arrivent avec leurs petites baskets, ils comprennent vite que bottes en caoutchouc et bonne humeur sont incontournables ici”, souligne avec humour Loïc Lambert.

Un chantier écologique

Pendant le séjour, l’objectif est de réaménager des milieux naturels favorables à certaines espèces, animales ou végétales. Par exemple retirer les branches tombées dans un cours d’eau pour éviter les déviations de son lit, l’érosion des berges et les inondations.
 

Une activité durant les chantiers, débroussailler les friches abandonnées par l'homme

Une activité durant les chantiers, débroussailler les friches abandonnées par l’homme

© CPIE

Nous ne sommes pas là pour imposer une écologie radicale 

Loïc Lambert, Chargé d’Etudes Mission Nature et Biodiversité au CPIE

Autre atelier, le débroussaillage des pelouses calcaires qui abritent des orchidées sauvages et des insectes méditerranéens comme le lézard ou la cigale des montagnes. 
Ces interventions permettent de rouvrir des milieux naturels laissés à l’abandon par l’homme en Lorraine. Nous faisons un travail de sensibilisation avec ces jeunes mais il y a aussi des moments de détente, de visites touristiques dans la région. Nous ne sommes pas là pour imposer une écologie radicale“, tient à ajouter Loïc Lambert.

Pédagogie et expertise

Pour le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Meuse (CPIE) ces chantiers d’été sont l’occasion de remplir son rôle premier, l’éducation à l’environnement. Imaginé par Jean Lacroix, ancien maire de Bonzée, le centre existe depuis plus de quatre décennies et toute l’année ses 20 salariés accueillent des publics scolaires pour les initier à la préservation de notre environnement. 
Deux autres missions ont enrichi ses actions au sein du Parc Naturel Régional de Lorraine : la préservation de la biodiversité et le développement durable des territoires.

Protection d'un nid de Buzard cendré au milieu d'un champ de blé dans le secteur de Stenay (Meuse)

Protection d’un nid de Buzard cendré au milieu d’un champ de blé dans le secteur de Stenay (Meuse)

© CPIE

Nous intervenons auprès des agriculteurs afin qu’ils retardent le fauchage de certaines zones occupées par les oiseaux comme le Râle des genêts ou le Buzard cendré. Ils nichent au sol à partir du mois de mai, nous créons un périmètre de protection jusqu’au moment de l’envol des petits fin juillet”, explique Loïc Lambert. Pour retarder le fauchage au milieu de cette zone Natura 2000 près de Stenay, les agriculteurs sont indemnisés par des fonds européens. 

Autre action de l’association, la plantation de haies qui s’inscrit dans le dispositif La trame verte et bleue mis en place en 2017 en France. L’an passé, le CPIE a pu replanter 30 km de haies et créer 20 mares pour un montant de  200.000 euros financé par l’Union européenne. 

L’objectif est d’enrayer la disparition de la biodiversité en France, en particulier les oiseaux dont 30% ont disparu entre 1989 et 2017 selon le rapport 2018 de l’Observatoire national de la biodiversité.

 

Replanter des haies pour favoriser le retour des oiseaux, une action en faveur de la biodiversité

Replanter des haies pour favoriser le retour des oiseaux, une action en faveur de la biodiversité

© CPIE

Vous l’aurez compris si vous souhaitez participer au chantier écologique ou aider le Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement de Meuse dans sa reconquête de notre biodiversité, vous pouvez contacter Loïc Lambert par courriel : loic.lambert@cpie-meuse.fr ou appeler le centre au 03.29.87.36.65

 



Source link

Related posts

Vos prévisions météo pour ce jeudi 11 juin : instable, orageux mais plus doux

adrien

“Il y aura forcément des conséquences dans la région” selon Xavier Bertrand

adrien

19 – Belgique : “J’ose affirmer qu’en mars 2021 nous pourrions disposer d’un vaccin”

adrien