weighexperts.com
Image default

Après avoir battu Jean-Luc Bohl, François Grosdidier est élu président de Metz Métropole



Le Conseil de Metz Métropole, réuni ce mercredi 8 juillet 2020 au Centre de Congrès Robert Schuman, a choisi de placer à sa tête François Grosdidier. Le maire de Metz succède à Jean-Luc Bohl. Le scrutin a été serré.

Il fallait cinquante voix à François Grosdidier pour être élu. Il en a obtenu 51. Un seul tour de scrutin a suffi au maire de Metz pour remporter cette élection face à son rival. Le maire de Montigny-lès-Metz et président sortant, Jean-Luc Bohl n’a pas réussi à capitaliser sur ses deux précédents mandats. Cette fois, la stratégie du « rassemblement » n’a pas séduit. Il s’incline après avoir obtenu 46 voix.

Présidé par le doyen Roger Peultier, maire de Rozérieulles, l’installation du conseil métropolitain a précédé l’élection du président. Les 99 élus communautaires de chacune des 44 communes ont tranché : ce sera donc François Grosdidier pour les six prochaines années. Lors de son discours de candidature, il n’a pas manqué d’épingler le calendrier choisi par Jean-Luc Bohl pour procéder à ce rendez-vous : « je suis heureux de m’adresser à vous tous car je n’ai pas pu le faire avant auprès de chacun. L’avancée de cinq jours de cette élection m’ayant privé de cette possibilité. » D’un ton ferme et volontaire, François Grosdidier a martelé son programme : « enrayer l’abaissement de Metz Métropole… Nous ne pouvons plus jouer petit bras en face (NDLR : face à Nancy)… il ne s’agit pas de faire la guerre à Nancy mais simplement de nous faire respecter… Donnez moi les moyens de défendre nos intérêts collectifs ! Je souhaite une métropole forte à l’extérieur et harmonieuse… Je souhaite une métropole en phase avec les communes pour être en phase avec les habitants.« 

François Grosdidier ne partait pas à l’aventure. Fort de son élection à la mairie de Metz, il pouvait compter d’emblée sur les 32 voix de sa majorité municipale qui lui sont acquis mais aussi celles de Cédric Gouth, son successeur désigné à la mairie de Woippy (5 voix) sans oublier le récent soutien du maire LR de Marly, Thierry Hory (3 voix). Soit 40 voix « assurées ».

Grosdidier et Bohl : deux styles, deux approches, deux visions

Candidat à un troisième mandat, Jean-Luc Bohl avait misé sur son « bilan » fondé sur « le partage et l’équilibre » pour l’emporter. En clair, si Metz est sans conteste la ville phare et la locomotive au sein de la métropole, elle ne doit pas devenir hégémonique et faire de l’ombre à toutes les petites communes qui constituent l’institution. Cette stratégie avait réussi à Jean-Luc Bohl lors des deux derniers scrutins face à Dominique Gros, l’ancien maire PS de Metz.

Mais pas face à François Grosdidier qui a réussi à convaincre suffisamment d’élus de ces « petites communes » pour l’emporter.

François Grosdidier a désormais deux leviers clés, la mairie et la métropole, et les mains libres pour mettre en oeuvre sa politique et sa vision d’un Grand Metz. Il devient l’homme fort du nord Lorraine non seulement sur le plan politique mais aussi en matière d’investissement.

 





Source link

A lire aussi

L’histoire du dimanche – La rafle des notables envoyés au camp nazi de Royallieu à Compiègne racontée par Anne Sinclair

adrien

pourquoi les Hauts-de-France basculent de nouveau sous le régime du confinement ?

adrien

Nancy : second tour des municipales le 28 juin, ce qu’en pensent les trois derniers candidats

adrien

Alain Gest (LR) réélu sans surprise

adrien

Dans les Hauts-de-France, “l’union et la débrouille” des collectivités pour offrir des masques aux habitants

adrien

Nancy : hydrothérapeute, inscriptions ouvertes pour la 2e formation en vue du projet Nancy Thermal 2023

adrien