weighexperts.com
Image default

A trois journées d’un possible titre, le LOSC affiche ses couleurs à Lille

Notez cet article


La ville de Lille s’est parée de rouge, de blanc et de bleu marine ces derniers jours. De la Grand Place au quartier Wazemmes, les Dogues s’affichent en grand. En l’absence de supporters dans les stades, c’est mieux que rien !

Le LOSC est aux portes d’un titre de champion de France. Mais au club, on n’en parle que du bout des lèvres. Pas question de vendre la peau de l’ours trop tôt. Au classement, le Paris-Saint-Germain talonne les Lillois.

Tabou, le mot “titre” ? Interrogé la veille du match contre Nice, le président du LOSC tirait les leçons de l’expérience. “On est toujours leader aujourd’hui. Mais tous les matches sont difficiles. On est attendu. C’est extrêmement serré”. Lille a vaincu Nice. Le derby contre Lens se rapproche. Un match à la fois. L’heure est à la concentration.

Les meilleurs ennemis

Côté supporter, c’est évidemment une autre histoire. D’autant que la prochaine rencontre est un derby, le derby des derbys contre Lens. “Le derby du Nord, c’est THE match”, s’enthousiasme Michael Van Praet, supporter du Go Rijsel spirit. “Je compte vraiment sur tous pour soutenir le LOSC. Une victoire contre Lens, ce serait fabuleux. Lens, c’est notre meilleur adversaire, notre meilleur ennemi”.

A l’entrée du centre d’entraînement de Luchin, les banderoles se sont multipliées au grand bonheur des joueurs et de l’entraîneur lillois en personne. Christophe Galtier apprécie le spectacle : “On se sait soutenus par nos supporters. On le voit tous les jours à Luchin, il y a de plus en plus de banderoles. Evidemment que ça nous touche, c’est encourageant, ça nous fait du bien (…). J’ai vu aussi de magnifiques lumières, toute une ville aux couleurs du LOSC, toute une ville qui croit en nous”.

Lille aux couleurs du LOSC

En concertation avec le club, la mairie a habillé ses rues et monuments de rouge, blanc et bleu marine.  Sur la Grand Place, la Déesse a revêtu l’écharpe du Losc. Des fanions colorent la rue Gambetta. Boulevard de la Liberté ou Victor Hugo, les drapeaux nous rappellent l’enjeu : “Tous ensemble avec le LOSC”.

La Déesse de la Grand Place de Lille porte les couleurs du LOSC

© Jean-Marc Vasco

A trois journées de la fin du championnat, il était grand temps aux yeux des supporters. “Ce qu’il faudrait, c’est que Lille montre un peu plus d’attachement à son club. On risque d’être champion, donc la Ville se mobilise. Mais quand Lille est 17ème, on n’en entend pas parler”. Et de citer le flocage lillois désormais sur les maillots des joueurs : “C’est une bonne chose”.

Une relation à reconstruire

De l’aveu même de la maire de Lille, la relation entre la Ville et son club est à reconstruire. Une vraie ville de foot, Lille ? “Oui, mais ça ne se voit pas assez (…). Moi, je voudrais qu’on soit plus en accompagnement de notre club. Mais pour ça, il faut évidemment que les dirigeants soient d’accord. Là, le président l’est. On n’a pas réussi à le faire avec la précédente équipe”. Et voilà, les comptes réglés avec les anciens dirigeants du club. Pensons désormais à l’avenir…

Occasion toute trouvée pour Martine Aubry et Olivier Létang il y a quelques jours : le lancement d’une exposition retraçant l’histoire du doublé historique du Losc en 2011 en championnat et en coupe de France.

La maire de Lille et le nouveau président du LOSC se sont affiché côte à côte square Jean-Baptiste Lebas. “J’ai toujours un profond respect pour les clubs, leur histoire et ceux qui ont fait l’histoire des clubs”, souligne le président du LOSC. “Les supporters nous manquent. On ne les a pas aujourd’hui dans le stade, donc c’est forcément quelque chose de sympa que notre communauté soit proche de son équipe”.

Et Martine Aubry de préciser : “Je pense qu’il ne faut surtout pas mettre de pression. On a un président, un entraîneur et une équipe très collective où les talents se regroupent. Maintenant, on fait confiance. On attend”.  

La maire de Lille et le président du LOSC le samedi 1er mai

La maire de Lille et le président du LOSC le samedi 1er mai

© Jean-Marc Vasco

On attend et on met des couleurs partout… faute de mieux ! Car Lille pourrait bien être le champion d’une saison historique : la première à s’être entièrement jouée dans des stades vides. Tous cette fois s’accordent sur les mots : c’est la saison de la frustration.

Le besoin de se retrouver

Les supporters manquent au club et le club manque aux supporters. Ont-ils une petite chance de se retrouver d’ici la fin de saison ? La première élue de Lille n’est guère optimiste. Comme à Lyon ou à Paris, un dossier a été présenté pour accueillir davantage de public en cette fin de saison.

Température prise à l’entrée, masque, distanciation, interdiction de bouger, heures d’arrivée et de départ… Tout a été pensé pour éviter le cluster, mais le gouvernement est catégorique. A l’extérieur, l’ouverture au public se fera dans la limite de 1000 personnes et à partir du 19 mai. Problème : le dernier match à domicile du LOSC se tiendra le 16 mai contre Saint-Etienne. Et de toute façon, pour la maire de Lille, “1000 personnes dans un stade de 50.000, ça n’a pas de sens. Comment les choisir ?”.

Au-delà du 19 mai, les supporters lillois se déplaceraient-ils à Angers pour l’ultime rencontre de la saison ? Assurément, selon Michael Van Praet “après une année sans aller au stade”.

Quelle célébration en cas de titre ? 

Et qu’en serait-il en cas de titre de champion de France ? Alors que l’on fête le doublé de 2011, un air de nostalgie souffle sur la Ville. “On y a déjà réfléchi”, assure Martine Aubry. “Ça n’est pas évident. Enfin… on trouvera bien les moyens un jour”. Un jour qui se rapproche à grand pas. Pour Lille, la fin de saison, ce sera le 23 mai.





Source link

A lire aussi

ruée chez les coiffeurs, “les clients ne veulent pas passer le reconfinement avec leurs racines”

adrien

“Rien ne serait pire qu’un immense cluster à Lille”, pour Martine Aubry

adrien

le procès en appel de l’ancien maire pour détournement de fonds public a lieu ce mardi à Douai

adrien

Bercy donne son feu vert à Liberty Steel pour reprendre France Rail, les salariés sont mitigés

adrien

ENQUÊTE. Coronavirus : quels Ehpad du Nord et du Pas-de-Calais ont été les plus touchés par le Covid-19 ?

adrien

L’autopartage en milieu rural : une réalité en Meurthe-et-Moselle

adrien