weighexperts.com
Image default

À Compiègne, le camion du coeur accueille trois fois plus de monde en période de Covid

Notez cet article


Le camion du cœur ne s’est jamais arrêté, bien au contraire. Depuis le mois de mars, le nombre de bénficiaires a triplé. Les bénévoles se sont adaptés aux consignes sanitaires. Des sacs ont remplacé les repas chauds mais le sourire est toujours là.

Le rendez-vous est immuable. Trois fois par semaine, le camion du cœur s’installe cours Guynemer pour distribuer des repas à ceux qui n’ont rien.

Les bénéficiaires sont trois fois plus nombreux depuis le mois de mars. Parmi eux, des habitués, des jeunes en rupture avec leurs parents à cause du confinement, des étudiants et des personnes qui vivaient avec des petits boulots d’une semaine ou de quinze jours par interim.

Ils viennent chercher du réconfort et de l’aide alimentaire explique Bruno Cauchy, le nouveau président départemental des Restos du cœur de l’Oise. 

Tout s’est arrêté à cause du confinement” ajoute Joëlle Guillummette, la responsable du dispositif. Tout s’est arrêté sauf le camion. Les bénévoles se sont adaptés à la situation. 

On n’a plus le droit de faire des repas chauds, déplore Joëlle, parce qu’on n’a pas assez de chaises et de tables pour faire respecter les gestes barrières. Et comme ils n’ont plus le droit de manger sur place, on leur donne un sac. À l’intérieur, on leur met des sandwichs, des salades, du pain, des desserts et de la soupe chaude donnée en bouteille.

Petite consolation, depuis Noël, les bénévoles ont l’autorisation de donner du café et du chocolat mais il est toujours obligatoire de consommer debout.

Le sac à la main, certains vont manger à quelques mètres du camion. La convivialité en a pris un coup. “Certaines personnes seules me disent je suis content de venir parce que je vais pouvoir parler avec quelqu’un, c’est la seule fois de la journée où je peux parler avec quelqu’undit Bruno Cauchy, le sourire, on ne le voit même plus. Il est caché avec le masque.

Pour donner un sourire, on fait voir nos yeux, s’amuse la responsable du dispositif, et eux aussi, c’est pareil car ils sont obligés de mettre les masques. Les habitués, on les reconnaît à la voix.

Les repas ne sont pas chauds mais le coeur y est.

Les repas ne sont pas chauds mais le coeur y est.

© Joëlle Guillummette

Une pizza chaude pour Noël

Malgré toutes ces contraintes, les bénévoles ont réussi à organiser un petit réveillon pour Noël. Ils sont venus à 19 le 26 décembre. Ils ont acheté des pizzas chaudes, ils ont préparé des sandwichs au saumon et confectionné des gateaux plus élaborés. “On a tout mis dans des sacs en tissu pour qu’ils puissent les réutiliser, c’était sympa se réjouit Joëlle.

On a des bénévoles très dévoués, ajoute Bruno Cauchy, qui n’hésitent pas à mettre la main à la pâte.

Le vestiaire aussi a été arrêté mais qu’à cela ne tienne, les bénévoles ont trouvé la parade. Les commandes sont prises au camion, préparées au local pour être remises à leurs destinataires dans des sacs le rendez-vous suivant.

Les Restos du cœur, un réseau solidaire

Une centaine de repas sont distribués chaque soir, soit 300 sacs par semaine. Les denrées viennent du stock des Restos mais aussi de dons comme ceux des boulangeries compiégnoises La cerise sur le gâteau, la Mie Câline, la 3e à toute heure située à Trosly-Breuil mais aussi ceux d’un maraîcher de Courtieux ou encore tous les dons des particuliers et de certaines grandes surfaces. De quoi faire face à l’afflux des bénéficiaires en cette période de crise sanitaire.

 

Nos besoins particuliers ce sont des douceurs parce que dans leurs sacs on met des gâteaux, des bonbons, des boissons sucrés, des plaques de chocolat…

Joëlle Guillummette

On estime qu’un repas aux Restos du cœur revient à 1 euro, indique le président départemental, Beaucoup de choses nous sont données. On a aussi des subventions du département qui montent à près de 50 000 euros avec le plan pauvreté.

Plus de 750 000 repas ont été distribués par les Restos du cœur de l’Oise de fin avril à fin octobre 2020, soit 100 000 de plus que l’année précédente.



Source link

A lire aussi

l’émouvante histoire de l’enfant au vélo et d’une photo refaite à l’identique 54 ans après

adrien

le site verrier de Meisenthal dévoile une collection unique de moules de soufflage

adrien

le soleil est de retour

adrien

“C’est quelqu’un qui est dans le milieu du cheval, c’est sûr”

adrien

à Chauny, les lycéens alternent présence en classe et travail à la maison

adrien

Dieudonné renvoyé en correctionnelle pour avoir loué des salles anonymement à Roubaix et La Chapelle d’Armentières

adrien