weighexperts.com
Image default

115 bus pour les plus isolés, rien de concret derrière la proposition de Xavier Bertrand

Notez cet article



Le président de la région Hauts-de-France affirme avoir “proposé” à l’Agence régionale de Santé (ARS) de faciliter la vaccination en milieu rural grâce à des bus et minibus. Mais ce n’est pas pour tout de suite.

Engagé dans la campagne présidentielle, Xavier Bertrand pensait convaincre qu’il restait pleinement – en même temps – au combat dans sa région contre l’épidémie de Covid-19 en annonçant, vendredi 2 avril sur FranceInfo, qu’il avait soumis des propositions à l’État “pour accélérer la vaccination” en milieu rural.

J’ai proposé au directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) que cent bus sillonnent toutes les parties rurales de la région pour amener les personnes qui auraient des problèmes de déplacement pour aller se faire vacciner“, déclarait le président de région. Il ajoutait une seconde idée : “Je lui ai proposé que 15 minibus, pour l’instant, puissent accueillir des équipes de vaccination pour les apporter dans le milieu rural, quelle que soit la taille de la commune.

Or aujourd’hui, le dossier – s’il existe – n’a pas avancé. “La proposition a été faite et nous n’avons pas eu de retour de l’ARS, confie la Région. On n’en est qu’à ce stade.

Aucune délibération n’a été votée par le conseil régional sur ce sujet. La proposition ressemble donc à un effet d’annonce du président-candidat. À l’inverse, la gratuité des TER et des cars interrurbains pour aller se faire vacciner, annoncée le 4 février, avait été proprement votée et s’applique bel et bien aujourd’hui.

Pas l’affaire de l’ARS ?

Contacté par France 3 Hauts-de-France, l’établissement public de l’État dit avoir répondu à la presse dès vendredi.

L’ARS salue cette initiative qui permettra aux collectivités et aux acteurs de santé – en charge de l’organisation matérielle et logistique de la vaccination – de faciliter l’accès aux centres de vaccination dans la région et de renforcer la proximité de l’offre.

ARS Hauts-de-France

Traduction : c’est une bonne idée, mais ce n’est pas notre affaire. L’ARS contribue en effet à la création des centres de vaccination et supervise la répartition des doses, mais laisse la suite de la logistique, donc d’éventuels vaccinobus, aux acteurs plus locaux.

Des initiatives locales déjà à l’oeuvre

Autre preuve que l’idée des bus régionaux n’a pas été travaillée avec les services de l’État : la préfecture de l’Oise n’a “pas été sollicitée par le conseil régional sur le sujet“. Elle est pourtant la seule dans la région à avoir déjà lancé un dispositif similaire avec son “bus anti-covid”, impulsé par le conseil départemental. Sillonnant des dizaines de communes rurales, il amène des soignants au plus près des populations isolées, à l’origine pour les dépister, désormais pour les vacciner.

Plus récemment, le 2 avril, le préfet du Pas-de-Calais a autorisé la communauté professionnelle territoriale de santé Lens-La Gohelle, le centre hospitalier Béthune-Beuvry, la polyclinique d’Hénin-Beaumont et la clinique Saint-Omer, “à utiliser un dispositif mobile” pour assurer la vaccination de ceux qui ne peuvent accéder aux centres ou habitent en résidence autonomie.

De la même manière, dans l’Oise, une équipe mobile est portée par le centre de Formerie pour vacciner sur le territoire intercommunal de la Picardie verte, et “la préfète incite” les collectivités à faciliter le transport de leurs habitants vers les centres de vaccination, ou celui des vaccins vers les demandeurs.

Dans cette course contre la montre et l’isolement, la communauté urbaine d’Arras travaille également depuis trois semaines à optimiser la vaccination, avec ce qu’elle appelle informellement “le dispositif du soir” : “Nous avons un agent qui va tous les soirs chercher jusqu’à dix personnes fragiles et les emmène au centre de vaccination d’Arras pour leur faire profiter des doses inutilisées, parce que d’autres ont annulé leur rendez-vous.

Des initiatives de bon sens, épisodiques et locales, qui seraient peut-être facilitées et amplifiées par le renfort de bus régionaux. Pourquoi ne pas utiliser ceux rendus disponibles par l’arrêt des transports scolaires ? Une idée, donc. Mais rien qu’une idée.





Source link

A lire aussi

Un influenceur chinois présente Lille comme l’une des plus belles destinations d’Europe, la vidéo fait un carton

adrien

Déconfinement – Nos idées de balades dans le Nord Pas-de-Calais (circuit 6) : les dunes du Mont Saint-Frieux

adrien

le LOSC bute sur Lyon (1-1), le capitaine des Dogues José Fonte blessé à l’oeil droit et conduit à l’hôpital

adrien

découvrez l’étiquette 2020 de l’édition limitée de la bière de la Saint-Nicolas

adrien

prévisions pour ce jeudi 30 juillet et pour la fin de semaine

adrien

la carte des centres de vaccination ouverts dans l’Aisne, l’Oise et la Somme

adrien