weighexperts.com
Image default

111 cas du variant anglais détectés dans une maison de retraite à 30 km de la frontière



Plus de cent personnes ont été contaminées dans une maison de retraite du nord ouest de la Belgique par le variant britannique du Covid-19, qui a infecté les deux tiers des résidents et causé pour l’heure quatre décès.

Au total 111 personnes (72 résidents et 39 membres du personnel) ont été testées positives dans la maison de repos De Groene Verte à Merkem (commune de Houthulst, en Flandre occidentale), a indiqué son directeur, Jurgen Duyck.

Quatre résidents de la maison de repos sont morts, a aussi indiqué le bourgmestre (maire) de Houthulst, Joris Hindryckx.

Dans cette commune de 10.000 habitants à une trentaine de km de la frontière française, une cinquantaine de personnes ont été contaminées par ce variant britannique du coronavirus, selon lui. Ce chiffre inclut toutefois une partie des 39 membres du personnel de la maison de repos, a-t-il précisé.

L’origine du cluster pas déterminée

L’agence Belga, qui avait fait état de huit personnes infectées par le même variant dans une institution pour handicapés de cette localité, en citant l’Agence flamande pour les personnes handicapées, a précisé dans la soirée que cette contamination par le variant anglais n’était pas encore confirmée.

Selon le maire, l’origine du cluster n’est pas encore déterminée, mais il s’agit a priori d’une « source indirecte », aucune personne connue n’ayant séjourné au Royaume-Uni, selon lui.

Il a précisé que « toutes les activités sociales et sportives ont été interdites » dans sa commune. Les personnes infectées doivent se mettre en quarantaine pendant dix jours au lieu de sept, a poursuivi M. Hindryckx.

La commune « doit être mise en lockdown complet et on doit y tester tout le monde »

La vaccination devait débuter cette semaine dans la maison de retraite mais a été rendue impossible par le grand nombre de malades, a-t-il indiqué.

Le directeur de la maison de repos a précisé que l’établissement était fermé aux visiteurs, et que « toutes les mesures prescrites par l’Agence flamande de soins et santé sont mises en oeuvre ».

La commune « doit être mise en lockdown complet et on doit y tester tout le monde », a plaidé l’épidémiologiste Yves Coppieters dans le journal Le Soir. Le variant britannique « est là depuis décembre et nous avons les fondements d’une troisième vague de contaminations », a-t-il averti.

Interrogé par la chaîne de télévision La Une (RTBF), il a estimé que « s’il y a déjà un cluster de cette intensité, il y en a sûrement d’autres ».

« Elargir le testing »

L’expert a appelé les autorités à « élargir le testing » dans les prochains jours. « Maintenant, il faut oser tester de façon beaucoup plus large et jouer le jeu de l’isolement beaucoup plus strict, sinon on ne va pas s’en sortir avec une souche beaucoup plus contaminante », a-t-il mis en garde.

« Maintenant, il faut oser tester de façon beaucoup plus large et jouer le jeu de l’isolement beaucoup plus strict, sinon on ne va pas s’en sortir avec une souche beaucoup plus contaminante. »

Yves Coppieters, épidémiologiste Belge

Un porte-parole des autorités sanitaires belges, Yves Van Laethem, avait indiqué vendredi qu’il y avait dans le pays « plusieurs dizaines (de cas) de variants anglais, plusieurs variants sud-africains », et que « d’autres variants risquent d’apparaître ».

« On sait actuellement qu’avec le vaccin Pfizer, celui employé de manière majoritaire, nous avons une protection contre les variants anglais et sud-africain », avait-il rappelé.

Un autre expert belge, le virologue Marc Van Ranst, avait évoqué vendredi « environ cent » cas recensés des différents variants dans le pays, ajoutant qu’il fallait « probablement multiplier ce nombre par 100 ».

Plus de la moitié des morts dans les maisons de retraite

Les maisons de retraite ont été très durement touchées par la pandémie en Belgique. Plus de la moitié des morts du Covid-19 dans le pays sont des résidents de ces « maisons de repos et de soin », selon les chiffres de l’Institut de santé publique.

Ils constituent le public prioritaire de la campagne de vaccination. En date du 13 janvier, cette campagne avait permis une couverture vaccinale (pour la première. dose) de 17,26% des résidents et du personnel de ces établissements, selon les données officielles.

Les autorités belges avaient assuré samedi que le retard des livraisons de vaccins Pfizer-BioNTech n’aurait « pas d’impact » sur la vaccination de ce public.

Le pays a connu en 2020 une surmortalité de +16,6%, due principalement à cette épidémie de nouveau coronavirus. Depuis le début de l’épidémie, 677.209 cas de contamination ont été recensés et 20.396 personnes sont décédées des suites du virus.





Source link

A lire aussi

fin du pic de chaleur

adrien

ENTRETIENS. Franck Haise, Yannick Cahuzac et Facundo Medina se confient avant le retour du RC Lens en ligue 1

adrien

LOSC – RC Lens – VAFC – USLD : comment les clubs du Nord-Pas-de-Calais reprennent après le confinement

adrien

Les Hauts-de-France proposent une aide à la garde d’enfants : comment ça marche ?

adrien

une lycéenne de Senlis finaliste du concours de lecture à voix haute proposé par La Grande librairie et France 5

adrien

à Calais, reprise en douceur du trafic transmanche

adrien